Syndrome de Cushing chez le cheval

Abattement, Amaigrissement, Douleur, Fourbure, Hirsutisme, Perte musculaire, Polydipsie, Polyurie ...

Le syndrome de Cushing survient chez le cheval âgé. Il s’agit d’une affection endocrinienne se caractérisant par la dégénérescence de cellules hypophysaires et la sous-production de dopamine. L’absence de cette dernière entraîne une surproduction hormonale de ACTH, dont le cortisol, l’hormone du stress.

Cette maladie touche de 20 à 30 % des équidés de plus de 15 ans.

Le cheval a le poil hirsute, ébouriffé : son poil d’hiver est long et tarde à tomber.

Il est léthargique, ne bouge plus beaucoup. Il reste campé car il souffre de fourbure. On observe une font des muscles et un amaigrissement. Il boit beaucoup et urine beaucoup.

Chez certains équidés, le système immunitaire ne joue plus son rôle : l’animal est atteint de multiples troubles cutanés, respiratoires, digestifs, etc. Certains peuvent aussi souffrir d’ataxie (incoordination des mouvements).

Comment soigner son cheval atteint du syndrome de Cushing ?

Le vétérinaire devra faire une prise de sang pour confirmer le diagnostic. Le traitement quotidien consiste en la prise d’un médicament, le pergolide, reproduisant l’effet régulateur de dopamine sur l’hormone ACTH. Il s’agit d’un traitement à vie.


Quelles autres pistes peut-on envisager ?

- Syndrome métabolique équin (SME)