Syndrome naviculaire ou podotrochléaire

Boiterie

Le syndrome naviculaire est une affection connue, responsable d’une boiterie chronique.

Si jusqu’à récemment on attribuait le syndrome naviculaire à une lésion osseuse, des études ont démontré qu’il s’agirait plutôt d’atteintes des tendons et ligaments.

Le cheval boite de façon chronique, surtout à froid et sur sol dur. Le cheval raccourcit le mouvement sur le pied atteint (moins de propulsion, moins d’engagement) et il compense sur l’autre pied, qui finit par s’élargir du fait de la pressions.

4 formes existent : le type tendineux, le type articulaire, le type ligamentaire, le type osseux.

Comment soigner son cheval atteint de syndrome naviculaire ?

Le syndrome naviculaire est diagnostiqué grâce au test de la planche et au test de flexion digitale. Radiographie, échographie ou encore IRM pourront affiner le diagnostic et déterminer de quel type il s’agit.

Le parage ou la ferrure devront être adaptés à la forme dépistée. Le sol sur lequel le cheval évolue devra également être repensé en fonction de sa pathologie. Il est préférable d’éviter les cercles sur la main atteinte.

L’homéopathie peut soulager le syndrome naviculaire. Bryonia 7 CH et Sticta Pulmonaria 5 CH peuvent aider en cas d’inflammation des articulations. Fluoricum Acidum 5 CH et Stillingia 5 CH sont indiqués en cas de douleurs osseuses. Si le membre est chaud, vous pouvez penser à administrer Vipera 5 CH.