Syndrome De Hsha Chez Le Chien

Agitation, Agressivité, Animal Incontrôlable, Brutal, Faim, Hyperactivité, Ingestion D'objets, Irritabilité ...

Le syndrome de HSHA, qui correspond à une hypersensibilité et une hyperactivité chez le chien, est un problème comportemental dont les signes apparaissent très tôt et qui surviennent souvent lorsque le petit a été sevré trop tôt, que la mère ne s’en est pas occupé suffisamment (maladie de la mère, portée trop nombreuse), ou que les propriétaires ont été trop permissifs avec leur animal (anthropomorphisme, absence de règle et de hiérarchie). Le chien est hyperactif, infatigable et d’ailleurs, il dort très peu. Quand il joue, il mord, que ce soit les personnes où les objets avec lesquels il a un comportement destructeur. Il est brutal, et n’aime pas obéir. Avec le temps, l’animal a du mal à gérer ses émotions et son hypersensibilité. Il devient anxieux, agressif, et il arrive souvent que son état se transforme progressivement en sociopathie.

Comment soigner son chien atteint du syndrome de HSHA ?

Le traitement du syndrome de HSHA est aussi long et lourd que peut l’être la maladie. Il convient d’allier un traitement médical à un traitement comportemental. De votre côté, vous pouvez acheter un collier apaisant (contre la destruction d’objets) et devez changer vos habitudes vis-à-vis du chien. Évitez la punition qui mène à plus d’anxiété et favorisez la récompense aux comportements positifs lors de l’apprentissage. Imposez une hiérarchie très stricte (le chien a sa place et non celle du maître, il marche derrière le maître et non devant, entre après vous dans le logement, mange après vous et ne participe pas aux repas, etc.). Si le chien vous saute dessus ou devient brusque, détournez-vous de lui et ignorez-le. Jouez avec lui et suspendez temporairement l’activité dès le moindre débordement, etc. Le syndrome de HSHA est difficile à gérer, faites-vous aider d’un comportementaliste. Les chiens atteints doivent être pris en charge dès la suspicion de la maladie car ils peuvent devenir potentiellement dangereux.


Quelles autres pistes peut-on envisager ?

- Syndrome de privation ;

- Sociopathie.