Que penser des animaux dans les cirques ? La réponse en vidéo avec Will le lion

Par Virginie Sowinski, le mercredi 27/05/2015 à 12h00

Après avoir été enfermé dans la cage exiguë d'un cirque, Wil, un lion, redécouvre pour la première fois en 13 ans les joies simples d'un espace plus grand et verdoyant. Si la vidéo de ce sauvetage a été rendue publique en mai 2015, ce dernier n’est pas récent. Le combat, lui, est toujours d’actualité.


En 2006, et après 13 années enfermé dans une cage, Will, un lion mâle, était secouru par l’association Big Cat Rescue. Il retrouvait enfin un semblant de liberté. La vidéo est touchante. On y voit Will, qui vient d'être relâché, se rouler et se frotter à des éléments dont il avait été privé pendant 13 ans : de l’herbe, de la terre, des pierres, des branches. 

Une vidéo qui relance le débat de la présence d'animaux dans les cirques.


Will vient de sortir de sa cage, pour la première fois en 13 ans. © Rancho dos Gnomos Santuário - Youtube


Pour une interdiction des animaux dans les cirques ?

En Grèce déjà, plus aucun animal n’est exploité dans les cirques, alors que l’Autriche a interdit de son côté tous les animaux sauvages et que l’Allemagne, le Danemark, la Belgique, la Hongrie et la Suède en ont interdit certains et toléré d’autres.

En France, le sujet fait encore débat : certaines mairies les interdisent et des associations de protection animale pointent du doigt les conditions de vie dans lesquelles vivent les animaux, comme par exemple One Voice et Code Animal.
Les animaux de cirque, parfois nés sauvages, sont enfermés dans des cages et ne sortent que pour accomplir leurs numéros ou pour être entraînés. Une triste vie, loin de convenir à leurs besoins. 

Certains animaux développent donc des comportements déviants dus à leur captivité : les singes tapent sur les cages, les félins font des aller-retour incessants, les éléphants se balancent. Les entraînements peuvent aussi avoir un impact grave sur leur santé. La position assise n'est par exemple pas naturelle chez un éléphant, et peut même conduire à une hernie, "en quel cas la paroi musculaire se rompt et les organes internes sont poussés à travers cette déchirure. C’est un état grave qui peut entraîner la mort si les organes concernés par le prolapsus (intestins, vessie, utérus) subissent un étranglement et se nécrosent.Cette pression interne causée lors de ces exercices est bien connue des dompteurs dans le milieu du cirque, ceux-ci font commande couramment à leurs éléphants de déféquer avant d’entrer en piste pour éviter que cela n’arrive pendant le numéro".*

Quelle solution alors ? La présence d'animaux plaît surtout aux enfants, qui n'ont pas conscience de ce qu'implique leur captivité. Cependant, il existe d'autres façons de leur montrer des animaux, le cirque ne pouvant être considéré comme une source d'apprentissage de la faune sauvage. Leur apprendre ce qu'est un lion, un éléphant ou un zèbre, c'est leur apprendre ce qu'est un animal dans ses conditions de vie normale. Ils vivent en groupe, se déplacent, ont certains comportements les uns envers les autres. Favorisez donc plutôt la visite de fermes pédagogiques ou de réserves comme celle de Sigean, où les animaux vivent dans de bonnes conditions.


Will est mort en 2011, mais il n'est pas un cas isolé. D'autres animaux vivent encore aujourd'hui dans des conditions qui ne respectent pas leurs besoins physiologiques. Lui aura au moins connu quelques années hors de sa cage.



* "Work-related illnesses : Hermia perinealis, Bursitis praepatellaris and Tyloma olecrani in female circus elephants (Elephas maximus)", Kuntze, A., 1989, Verh. Ber. Erkrg. Zootiere 3 & : 185-187


Sources : RTL.Be, France Culture, One Voice, Code Animal

Ces articles pourraient également vous intéresser