À lire : tout ce qu’il faut savoir avant d’avoir un rat

Par Virginie Sowinski, le mercredi 06/03/2019 à 21h11

Le 7 mars 2018 paraît Rats, un petit guide pratique publié aux Éditions Ulmer, pour tout savoir avant d’adopter ce charmant rongeur. Suis-je fait pour avoir un rat ? Quelles conditions avant d’adopter ? Le manuel répond à bien des questions et fait globalement le tour de tout ce que chaque propriétaire de rats devrait savoir.


À lire : tout ce qu’il faut savoir avant d’avoir un ratLe rat est un animal qui peut être très proche de l'Homme, mais qui a aussi besoin de ses congénères. © Régina Kuhn. 


Un livre qui aborde tous les thèmes importants pour avoir un rat

Rats est un ouvrage bien conçu, facile à lire. Il est destiné à toute personne sur le point d’adopter ou souhaitant avoir des connaissances pour offrir de bonnes conditions de vie à ses rats. Il est particulièrement intéressant pour les novices qui s’apprêtent à s’équiper, car il indique le nombre de rats à adopter, la taille de la cage, l’équipement, etc. Il donne des indications sur les lieux où trouver son futur animal (on préfèrera d’ailleurs les refuges à l’animalerie), l’âge minimal qu’il doit avoir, les bons gestes et ceux à éviter, l’alimentation, etc.


Dans l’ensemble, c’est un guide riche et condensé, parfait pour ceux qui entament leur aventure avec les rats.


Ce que l’on a aimé dans le livre Rats, aux Éditions Ulmer

Le manuel regorge de bons conseils, dont certains parfois oubliés des publications à destination du grand public.

C’est par exemple le cas des besoins sociaux du rat, l’auteur précisant, à juste titre, qu’ils « ressentent un besoin très fort du contact avec un ou plusieurs partenaires sociaux. Il est vrai qu’un jeune rat maintenu isolé s’attache souvent très étroitement à l’Homme, mais cela va à l’encontre du bien-être de l’animal. »


Le bien-être animal est pris en considération, tant dans le conseil de la taille de la cage (de 80x80x100 pour 2 à 3 rats), que dans l’évocation du besoin essentiel de sorties quotidiennes. Certains points sont traités, alors qu’on ne penserait pas les y voir :

  • l’auteur indique par exemple qu’il ne faudrait pas acheter par compassion un animal qui semble en mauvais état, parce que « ce serait soutenir des éleveurs et des marchands douteux » ;
  • il est préconisé de bien faire attention que les mâles et femelles soient séparés au moment de l’achat d’une femelle, au risque de se retrouver avec des petits ;
  • il est bien mentionné que les frais vétérinaires peuvent dépasser largement le coût d’achat de l’animal, un paramètre souvent oublié et qui surprend les propriétaires.

  • Ce dernier point est d’ailleurs mentionné dans une section très appréciée. « Sommes-nous faits l’un pour l’autre ? ». Cette partie consiste en une double page permettant au lecteur de faire le point sur ses attentes vis-à-vis du rat et aussi de ce qu’il pourrait lui offrir. Cette espèce est-elle celle qu’il me faut ? C’est, selon nous, la base avant une adoption.


    Rats, aux éditions UlmerLes rats aiment se cacher dans les pulls, couvertures ou se reposer dans des hamacs. 

    Les petits bémols pour le livre Rats

    La version originale du livre, allemande, date de 2006 et certaines connaissances ont évolué depuis. C’est notamment le cas des litières. Les copeaux de bois et la paille sont à proscrire, tout comme l’utilisation de foin (qui en se dégradant produit de la poussière). Les copeaux, même lorsqu’ils ne sont pas poussiéreux, sont souvent issus de pin, de sapin ou de cèdre, qui dégagent des essences allergisantes. La paille n’est quant à elle pas suffisamment absorbante, pouvant entraîner des pododermatites. Ce défaut d’absorption peut aussi être responsable de troubles respiratoires, causés par l’ammoniac des urines (1). On préfèrera les autres choix proposés dans le guide, comme la rafle de maïs ou le chanvre. Une autre solution est plébiscitée parmi les passionnés de rats : mettre un tapis de bain en fond de cage et proposer des bacs d’angle avec de la litière de papier recyclé pour les excréments.

    Les bains de sable, évoqués dans la section « L’aménagement intérieur », sont surtout indiqués pour les chinchillas, octodons, gerbilles, hamsters et chiens de prairie, mais pas pour les rats. (1) Les particules de poussière de sable peuvent pénétrer leurs voies respiratoires déjà sensibles aux infections.

    Pour l’alimentation, l’ouvrage préconise les mélanges de graines que l’on trouve en animaleries, au détriment des extrudés. Or, les extrudés sont complets et la monotonie alimentaire n’a pas lieu d’être si le propriétaire complémente avec des aliments frais. D’expérience, certaines marques vendues notamment chez des vétérinaires sont même appréciées.

    Avec les mélanges, le rat a tendance à trier selon ses préférences et ne retire pas tous les bienfaits nutritionnels qu’il devrait.

    Enfin, en ce qui concerne les variantes, ou « races », nous préférons ajouter que si certains individus de race peuvent présenter quelques fragilités (surtout chez le rat nu, moins chez le dumbo et encore moins chez le Rex), il nous semble un peu poussé de dire qu’ils « sont à déconseiller formellement ».


    Rats est dans son ensemble un bon ouvrage, idéal pour démarrer dans le monde des « ratouphiles ». S’il y avait de petites rectifications à apporter, elles restent peu nombreuses sur la totalité des 59 pages de bons conseils prodigués pour avoir un rat et le garder en bonne santé.


     


    Rats, au prix de vente de 7,90 euros. Cliquez ci-dessous pour accéder au site de l'éditeur :
    Rats, de G. Gassner, aux Éditions UlmerRats, de G. Gassner aux Éditions Ulmer. © Regina Kuhn




    (1) Dr Christophe Bulliot et Dr Véronique Mentré, Les indispensables chez les NAC, Les éditions du Point Vétérinaire.

    Ces articles pourraient également vous intéresser