Captivité des cétacés : un nouvel arrêté sera publié d'ici la fin de l'année

Par Virginie Sowinski, le vendredi 10/08/2018 à 08h00

Le 26 juillet, des associations de protection animale ont rencontré les conseillers du Ministère de la Transition écologique et solidaire en charge de l’arrêté dit « Delphinarium », afin de relancer les négociations autour de la captivité des mammifères marins sur le territoire français. Objectif : produire un nouveau texte de loi après le rejet de l’arrêté Royal.

Rien n’est perdu pour les défenseurs des cétacés captifs, déçus du rejet de l’arrêté Royal en janvier 2018. Le 2e round se joue actuellement au Ministère de la Transition écologique et un nouvel arrêté devrait paraître avant la fin de l’année.


Un nouvel arrêté sera publié avant la fin de l'année, mais son contenu n'est pas encore défini à ce stade, car les consultations avec les acteurs concernés se poursuivent", a indiqué le Ministère de la Transition écologique et solidaire.

Image title

L’espoir d’un 2e arrêté Royal pour les défenseurs de la cause animale

Si rien n’est encore joué, les associations One Voice, Sea Shepherd, Réseaux-Cétacés et la Dolphin Connection se sont rendues au Ministère le 26 juillet pour proposer de leur côté un nouveau projet d’arrêté défendant les intérêts des cétacés. Un dossier argumenté, rapportant notamment les nouvelles des sanctuaires et les tragédies qui se sont déroulées dans les parcs, pour améliorer le quotidien des animaux détenus et faire interdire la reproduction des cétacés captifs ainsi que les échanges d’individus entre les delphinariums. Les associations ont également adressé un courrier à l’attention du ministre, Nicolas Hulot. Ce travail vient s'ajouter à des propositions similaires formulées plus tôt dans l'année par de nombreux acteurs de la protection animale, dont l'ASPAS, C'est Assez, la Fondation Assitance aux animaux, la Fondation Brigitte Bardot, la Fondation Droit, Animal, Éthique et Sciences ou encore la Fondation 30 millions d'amis

Ces dispositions seront-elles adoptées ? Nous saurons à la fin de l'année comment sera énoncé l'arrêté. 


L’arrêté Royal interdisait la reproduction des cétacés et les échanges entre les parcs. Cependant, un vice de forme avait permis aux delphinariums de le faire annuler en début d’année. Aujourd’hui se livre une nouvelle bataille, mais c’est surtout un nouvel espoir : selon les points adoptés, cet arrêté pourrait être celui qui conduirait, à terme, à la fin de l’exploitation des orques et des dauphins dans les parcs.

Ces articles pourraient également vous intéresser