Qu'est-il vraiment arrivé au dauphin Aïcko ? One Voice saisit à nouveau les juges

Par Virginie Sowinski, le mardi 04/09/2018 à 08h00

Aïcko, ce jeune dauphin captif à Planète Sauvage, est mort en novembre 2016. One Voice avait demandé une expertise sur les circonstances exactes qui auraient mené à la mort de ce cétacé, qui se serait jeté contre un mur. Le rapport publié, très indulgent concernant la responsabilité du parc, va à l’encontre des avis vétérinaires émis sur le sujet. One Voice a alors décidé de déposer un recours dès la rentrée.

Image title

One Voice relance les juges au nom du petit Aïcko, un jeune dauphin qui a trouvé la mort à Planète Sauvage en 2016. Selon ce parc, le dauphin, atteint d’une « maladie inconnue » se serait jeté contre un mur et aurait succombé. Si l’association avait déjà fait une demande d’expertise, la conclusion qui en est ressortie est pour le moins surprenante, l’expert ne reconnaissant que des « manifestations d’inconfort » et faisant fi des bilans sanguins, jugés « conformes » bien que démontrant une anémie chronique, une déshydratation et un affaiblissement dû à plusieurs infections. Pourquoi un tel déni ? L’expert se serait notamment référé à une bibliographie scientifique obsolète, vieille de 30 ans.              


Ce rapport va également à l’encontre des constatations effectuées par le Dr Rose quelques jours avant la mort d’Aïcko, et du Dr Gallego, vétérinaire spécialiste des cétacés.


Pour ce dernier, qui a eu accès aux documents vétérinaires du parc et au rapport d’autopsie, différents éléments prouvaient le mal-être et la mauvaise santé du petit dauphin, plusieurs mois déjà avant sa mort. Alors qu’il aurait dû être en pleine croissance, le jeune cétacé aurait perdu beaucoup de poids, signe avant-coureur de maladie chez cette espèce. Ainsi, en 5 mois, il aurait perdu 74 kilos, soit l’équivalent d’une perte de 30 kg sur la même période pour un adolescent humain de 75 kg. Un signal d’alarme qui n’a pas fait réagir l’équipe soignante.

Les comptes-rendus de Planète Sauvage montrent aussi qu’Aïcko était souvent agressé par les autres dauphins du bassin, mais, étant dans un espace confiné, il ne pouvait les éviter. Si Aïcko était malade, le stress engendré par ses conditions de détention pouvait très bien en être à l’origine.


« Aïcko a été fortement et fréquemment agressé par ses congénères, ce qui lui a probablement causé beaucoup de stress chronique, ce qui peut diminuer le système immunitaire et rendre l’animal plus susceptible à d’éventuelles pathologies infectieuses. », explique le Dr Gallego, vétérinaire spécialiste des cétacés.


Que s’est-il passé le jour de la mort d’Aïcko ?

D’après Planète Sauvage, Aïcko serait mort en se jetant de lui-même contre un mur. Pourquoi ce dauphin aurait-il fait cela ?

Au moment de sa mort, Aïcko subissait un gavage. Pour le parc, cette manipulation n’aurait aucun lien avec la mort. Pourtant, le rapport précise que lors de ce nourrissage forcé, les poissons lui étaient enfoncés entiers au fond de la gorge, au lieu d’utiliser une sonde avec du poisson mixé. L’autopsie a révélé que le larynx du petit dauphin était disloqué. Lorsqu’il a été remis à l’eau, l’animal vomissait par son évent, l’orifice dorsal lui permettant de respirer. Cela démontre que ses voies respiratoires étaient sûrement bloquées et qu’il était en train de s’asphyxier.

« Le fait que Aïcko ait eu son larynx disloqué durant une capture, qu’il ait vomi par son évent et qu’il ait été remis à l’eau sans y remédier représente une faute professionnelle grave. [...] C’est ce qui a provoqué la mort d’Aïcko. », condamne le Dr Gallego.


Aïcko avait également la mâchoire fracturée, mais difficile de savoir si cela a eu lieu avant son acte de désespoir ou si c’est le résultat du choc contre le mur.

Les résultats de l’autopsie, s’ils sont déjà choquants semblent lacunaires : c’est ce qu’a relevé l’expert, mais aussi deux autres vétérinaires de renom, les Dr Mazzariol et Cassart.

« En résumé, la gestion médicale du dauphin d’Aïcko est très questionnable car malgré des signes très clairs de processus pathologiques en cours, rien n’a été mis en œuvre jusqu’en octobre 2016. Il y a de plus une erreur médicale flagrante lorsqu’on remet Aïcko à l’eau alors qu’il a un sérieux problème respiratoire. Aïcko est mort suite à sa manipulation lors de sa dernière capture, et non pas suite à une maladie. De plus rien n’a été fait afin de résoudre le problème d’agressions auxquelles Aïcko était constamment exposé. », conclut-il.


L’expertise mal menée, l’autopsie bâclée et les avis des spécialistes ne peuvent qu’encourager One Voice à demander un nouveau rapport, celui-ci basé sur les faits et les connaissances apportées par la littérature scientifique récente. Une nouvelle bataille est donc sur le point d’être livrée, pour Aïcko, mais aussi pour tous les autres dauphins encore captifs dans les delphinariums.


Les dernières images de Aïcko from One Voice on Vimeo. Sur les images, il frappe l'eau de sa queue pour appeler à l'aide...Il mourra 4 jours plus tard.


Source : One Voice

Ces articles pourraient également vous intéresser