L’orque Lolita, délaissée face à l’ouragan Irma

Par Virginie Sowinski, le jeudi 14/09/2017 à 22h45

L’ouragan Irma a fait des morts, de nombreux blessés et a causé de lourds dégâts matériels, aux Antilles, à Cuba et aux États-Unis. Durant cette tempête, les Hommes et les animaux sauvages ont fui ou se sont mis à l’abri. Mais, il y a des victimes qui se sont retrouvées piégées face à l’ouragan. C’est le cas de Lolita, l’orque du Seaquarium de Miami.  



À Miami, le Miami Seaquarium a ainsi abandonné l’orque Lolita à son sort, dans un bassin, à découvert. Si le cétacé s’en est sorti (nous ne connaissons pas à l’heure actuelle son état de santé exact), sa situation aurait pu être dramatique. « Elle aurait pu être percutée par des débris volants, subir de graves blessures, ou être submergée par une crue d’eau contaminée. », explique le Dr Jeoffrey Ventre, ancien dresseur à Seaworld. Pire encore, « si le toit des gradins s’était effondré sur le bassin, elle aurait pu être entaillée, écrasée ou bloquée sous l’eau ».
Alors que selon lui, Lolita aurait pu être transférée vers Seaworld où les infrastructures étaient plus sécurisées pour faire face à la tempête, l’orque a été laissée seule face à un ouragan de force 4. « Une négligence, un acte de cruauté envers les animaux », conclut-il.

Image titleL'orque Lolita "semble avoir survécu", photo prise par drone après la tempête, par Lincoln O'Barry. 


Après la tempête, l’activiste Lincoln O’Barry, de l’association Dolphin Project a survolé la zone à l’aide de drones. Sur ses images, on voit le Seaquarium dévasté, en partie inondé et on aperçoit Lolita, isolée dans un bassin d’eau saumâtre. Pour le Dr Ventre, il est à craindre que la filtration ne fonctionne plus.

Pour O’Barry, la laisser dans ce bassin équivalait à « une peine de mort ».

Depuis 10 ans, les associations de protection animale réclament la libération de Lolita. En liberté ou en réhabilitation dans son milieu naturel, elle aurait pu nager en profondeur, ce que font les orques à l’état sauvage pour se protéger des tempêtes et cyclones.


La captivité des cétacés est vivement critiquée à travers le monde, jugée incompatible avec la notion de bien-être animal et de respect des besoins physiologiques des espèces. Dans le cas présent, l’Homme a montré son incapacité à prendre soin d’un animal qui était sous sa responsabilité. Comme l’a souligné Lincoln O’Barry, « Si le seul protocole du parc est d’abandonner Lolita lorsqu’il y a une tempête, alors c’est simplement qu’elle ne devrait pas vivre là ».



Source : Miami New Times

Ces articles pourraient également vous intéresser