Antidouleur et anesthésie : les effets indésirables des opiacés

Par Virginie Sowinski, le lundi 07/03/2016 à 08h00

Les années 1960 ont été marquées par une innovation en anesthésie et gestion de la douleur, avec l’utilisation des opiacés de synthèse (morphine, codéine). Une révolution dans la médecine vétérinaire qui a largement été adoptée et qui continue d’être intégrée lors de chirurgies. Pourtant, l’utilisation des opiacés est de plus en plus décriée. Découvrez les effets secondaires qui peuvent en découler.

Les effets indésirables de la morphine et autres opiacés

Les opiacés sont de puissants analgésiques qui agissent comme des inhibiteurs des neurotransmetteurs : ils bloquent le signal de douleur envoyé au cerveau et soulagent ainsi les souffrances. Ils sont donc beaucoup utilisés en chirurgie, lors de l’anesthésie.

Cependant, ils font de plus en plus débat, car ils auraient un effet immunosuppresseur. Ils fragiliseraient ainsi la barrière immunitaire de l’animal et l’exposeraient plus facilement aux maladies et aux infections. On soupçonne également les opiacés d’avoir une part de responsabilité dans la rechute de cancer.
Par ailleurs, l’effet analgésique qui semble si magique serait bien traître. Sur l’instant, la douleur est bloquée, mais une fois l’effet passé, la sensibilité est amplifiée et il y a de plus grands risques de douleurs chroniques (douleurs permanentes).

Cela ralentirait également la convalescence, avec un plus grand temps d’hospitalisation.

Si l’anesthésie par opiacés est encore largement utilisée, les vétérinaires se penchent de plus en plus sur de nouvelles alternatives comme la kétamine et la lidocaïne combinées à des anesthésies locorégionales et l’utilisation de techniques avancées (échographies, neurostimulation). Une association gagnante de soins qui limite les complications et améliore les résultats.


Source : La Semaine Vétérinaire