Intelligence animale : et si les chevaux pouvaient lire vos émotions ?

Par Virginie Sowinski, le jeudi 11/02/2016 à 08h00

Une nouvelle étude scientifique vient mettre en lumière l’intelligence du cheval : il serait capable de lire les émotions sur le visage des humains et de reconnaître si elles sont positives ou négatives. Une capacité surprenante, car il s’agit pour les équidés d’interpréter les codes d’une autre espèce.

Les chevaux lisent les émotions sur le visage des humains.

Une étude anglaise a été menée auprès de 28 chevaux pour observer leur réaction face à des photographies d’hommes inconnus arborant aléatoirement des expressions positives (joie, sourires, etc.) et négatives (colères, mines renfrognées, etc.).

Chacun des chevaux a réagi. Confronté à des expressions faciales de colère, le cheval se montre plus stressé et son rythme cardiaque augmente. Autre signe : les images négatives sont regardées de l’œil gauche,  une tendance que l’on retrouve chez d’autres espèces comme le chien, pour reconnaître les éléments de l’environnement qui seraient dangereux. Une manie qui, si elle semble insolite, est expliquée par le fait que c’est l’hémisphère droit du cerveau (traitement controlatéral — qui régit la partie gauche du corps) qui traite les informations aux stimuli menaçants.

Paradoxalement, les chevaux ont montré peu de réactions devant les images positives, sûrement parce que l’identification des expressions de colère a un intérêt plus grand pour la survie et la protection de l’animal que la reconnaissance des émotions positives. Il peut ainsi anticiper d’éventuels comportements négatifs.


Cette étude nous en apprend plus sur le comportement du cheval : au-delà des interactions sociales qu’il peut avoir avec ses propres congénères, il est capable de reconnaître et d’interpréter les codes d’une espèce différente pour une conscience émotionnelle extrêmement développée.

Il est toutefois difficile de savoir si cette compréhension résulte d’une évolution du cheval domestique, ou s’il s’agit d’une adaptation individuelle de l’animal dans son quotidien à l’humain. Peut-être est-ce un peu des deux.


Source : Smith, Amy Victoria, Proops, Leanne, Grounds, Kate, Wathan, Jennifer and McComb, Karen (2016) Functionally relevant responses to human facial expressions of emotion in the domestic horse (Equus caballus). Biology Letters. ISSN 1744-9561