Barf, croquettes, sans céréales... Quelle alimentation pour votre chien ?

Par Virginie Sowinski, le jeudi 14/01/2016 à 08h00

Après des scandales alimentaires, et soucieux de la santé de leur animal, de plus en plus de propriétaires adoptent des alternatives aux produits traditionnels pour animaux de compagnie. Certains sont convaincus de leur choix, d’autres sont perdus, mais tous nécessitent un meilleur éclairage pour les aider ou les conforter dans leur voie. Croquettes, Barf ou sans céréales : le Dr Christophe Blanckaert, vétérinaire spécialisé en nutrition nous aide à y voir plus clair.


« Il n’y a pas de produit parfait. Le choix d’alimentation dépend surtout des critères que se fixe un propriétaire, de son budget et du temps qu’il compte y consacrer. Le tout, c’est que l’alimentation réponde aux besoins de l’animal et qu’il le vive bien » nous indique Christophe Blanckaert, vétérinaire spécialisé en nutrition des animaux de compagnie.

Alimentation chien : croquettes, Barf, sans céréales

Les croquettes

Il n’y a jamais eu autant de contrôles qu’aujourd’hui concernant la fabrication des croquettes, pour une offre qualitative en ce qui concerne l’aspect médical et hygiénique. Les produits utilisés sont traçables et les formulations se basent sur un raisonnement scientifique afin d’apporter les meilleurs apports possible aux animaux et éviter les carences. Les compositions alimentaires évoluent d’ailleurs en fonction de la recherche et des nouvelles publications scientifiques sur le sujet. Ainsi, sur le critère de l’équilibre alimentaire, même les croquettes proposées dans le commerce sont tout à fait correctes.

Cependant, les croquettes ne sont pas parfaites, même celles vendues chez les vétérinaires. « Il m’est arrivé de déposer un rapport négatif auprès d’un laboratoire concernant une formulation de croquettes. Le produit est sorti quand même, mais il est certain qu’on ne le trouvera pas dans ma clinique », confie le Dr Blanckaert.

Loin d’être ce que certains appellent des « vendeurs de croquettes », les vétérinaires sont avant tout des scientifiques qui conseillent pour le bien-être de l’animal. Le code de déontologie précise d’ailleurs que les praticiens ne doivent pas considérer leur activité comme un commerce et les ventes de produits ne sont qu’une activité annexe. Rappelons que le vétérinaire est un professionnel de santé faisant bénéficier de ses compétences médicales et chirurgicales. Ainsi, s’il conseille un produit, c’est parce qu’il pense que c’est un aliment qui conviendra au chien ou au chat, en considérant l’individu et ses particularités de santé.


Le Barf pour chiens

Le Barf, pour Biologically Appropriate Raw Food, est un mode alimentaire des animaux carnivores de compagnie. Si le nom de cette alimentation la décrit comme une « nourriture crue biologiquement appropriée », ce constat ne s’appuie sur aucune connaissance scientifique, mais plutôt sur une base empirique. L’argument généralement véhiculé est que dans la nature, le chien serait amené à chasser pour se nourrir, sans tenir compte de l’évolution qu’a connue le chien domestique conjointement à l’Homme.

« Si les gens veulent revenir au Barf, il n’y a pas de problème, mais il faut formuler sérieusement les rations, en les raisonnant avec un cahier des charges », poursuit le Dr Christophe Blanckaert.

Le Barf peut donc être donné, mais cela nécessite une grande implication du propriétaire. En 2011, une étude menée par des chercheurs de l’université de Munich (Allemagne) auprès de 95 Barfeurs allemands a démontré que les rations données aux chiens étaient pour la plupart déséquilibrées. Bien que variés et composés de viandes, poissons, produits laitiers, oeufs, huile, noix, huile de foie de morue et de compléments, près de 50 % des repas contenaient un seuil d’iode en dessous du minimum recommandé et 25 % des rations ne couvraient que 70 % (ou moins) des besoins en vitamines de l’animal. Par ailleurs, 10 % des personnes sondées donnaient à leur animal une alimentation qui remplissait moins de 25 % des apports recommandés en calcium (avec un déséquilibre dans le rapport phosphore/calcium) et un taux insuffisant en vitamine D.
Pour conclure, 60 % des rations étudiées étaient déséquilibrées et pour les 40 % restantes, soit elles présentaient des déséquilibres mineurs, soit elles étaient équilibrées*.

Le Dr Christophe Blanckaert met en garde les propriétaires de chiens : « suivre une recette fixe, c’est le meilleur moyen de faire des erreurs nutritionnelles ». Il n’y a pas de formule toute faite, car les besoins varient en fonction de la race de l’animal, de son âge, de sa croissance, de sa santé, etc. Tous ces paramètres doivent être pris en compte dans l’élaboration d’une ration Barf.


« Si vous souhaitez nourrir votre chien avec du Barf, nous vous conseillons de prendre contact avec un vétérinaire nutritionniste pour vous aider à formuler une ration personnalisée et adaptée aux besoins spécifiques de votre animal »


Les croquettes sans céréales

Les croquettes sans céréales pour chiens répondent aux besoins de chiens intolérants ou allergiques au gluten. Une sensibilité loin d’être généralisée à tous les chiens, mais que l’on peut parfois rencontrer, notamment chez certaines lignées du Setter Irlandais ou chez les chiens à la génétique plus proche de l’animal sauvage, comme les chiens nordiques, le loup tchécoslovaque, certains chiens de berger, etc.

Dans ces céréales, l’amidon de blé souvent utilisé pour la fabrication des croquettes est remplacé par de l’amidon non céréalier, de pomme de terre, de manioc ou de petit pois.


 L’offre est large et tout dépend des exigences des propriétaires. Soyez curieux, renseignez-vous. Si vous voulez en savoir plus sur la qualité d’un produit, son équilibre, appelez le service consommateur et parlez-en à votre vétérinaire. C’est le meilleur moyen d’apporter une alimentation adaptée pour votre animal, en respectant vos contraintes et votre budget. », conclut le Dr Christophe Blanckaert.



* Natalie Dillitzer, Nicola Becker, Ellen Kienzle, Intake of minerals, trace elements and vitamins in bone and raw food rations in adult dogs, British Journal of Nutrition (2011), 106, S53–S56 doi:10.1017/S0007114511002765


Image title

Ces articles pourraient également vous intéresser