Barf : un avis vétérinaire sur la nourriture crue pour chiens et chats

Par Virginie Sowinski, le mercredi 30/12/2015 à 08h00

L’alimentation animale est un sujet délicat qui fait débat parmi les propriétaires d’animaux. Chiens, chats et même furets sont des carnivores et nombreux sont les maîtres qui pensent légitimement qu’une alimentation de viande crue (Barf – Biologically Appropriate Raw Food) vaut mieux qu’une alimentation sèche (croquettes) composée d’ingrédients controversés tels que les céréales. Qu’en pense la profession vétérinaire ? Voici la conclusion d’un vétérinaire, appuyée par des références et études sur le sujet.

Barf, bienfaits et risques de l'alimentation crue pour les chiens, chats, furets

Il est difficile de prouver l’avantage d’une alimentation par rapport à une autre, car l’espérance de vie des animaux domestiques est améliorée par bien d’autres facteurs que l’alimentation : la vaccination, un environnement comportant moins de risques, la régularité des rations, le contrôle des parasites.

Aucune étude n’a encore mis en évidence de façon formelle les avantages du Barf. En 2002, une étude anglaise a comparé la croissance de chatons nourris avec du lapin entier cru à la croissance de chatons nourris avec une alimentation sèche industrielle*. Si la croissance était la même, il a été observé que les chatons nourris au Barf appréciaient plus leur alimentation, avaient une meilleure consistance des selles et un plus beau poil.

Cependant, après 10 mois d’étude, les carences se sont manifestées chez les chats nourris au Barf et 70 % d’entre eux ont développé une cardiomyopathie due au manque de taurine. Un individu en est mort. Un résultat qui a surpris les chercheurs, car le taux de taurine dans l’alimentation crue était supérieur à celui de l’alimentation sèche. Pour une raison inconnue, la taurine du Barf n’était pas correctement synthétisée par l’organisme des chats.

Il est difficile de prévenir le déséquilibre alimentaire avec la raw food. Même pour un carnivore comme le chien, une alimentation exclusivement composée de viande crue crée un déséquilibre avec un apport insuffisant en calcium et trop important en phosphore. Ce peut être à l'origine d'une hyperparathyroïdie secondaire d'origine nutritionnelle et de fractures spontanées.


Les risques de maladies

Le plus gros problème du Barf demeure le risque de contamination bactérienne. Que la viande soit congelée ou non, de nombreux rapports ont fait l’état de salmonelloses, listérioses et campylobactérioses chez des chiens et chats nourris avec de la viande crue contaminée ou des friandises (type oreilles de porc). Dans une étude de 2014, il a été mis en évidence que sur 576 échantillons d’aliments crus ou friandises destinés aux animaux de compagnie, 66 contenaient la Listeria et 15 étaient porteurs de salmonelles. Dans une autre étude de 2002, 30 % des chiens nourris au Barf avaient des salmonelles dans l’organisme.

Enfin, une autre bactérie, Campylobacter, est largement présente dans la viande de volaille crue et serait à l’origine de décès, même chez l’humain. Au Royaume-Uni, la Food Standard Agency estimait en 2015 que 65 % du poulet frais était contaminé alors qu’en 2011, une étude révélait que 42 % des aliments crus de grande surface et de magasin pour animaux en Nouvelle-Zélande étaient contaminés.


Dans l’idéal, le Barf n’est pas une mauvaise solution, car cette nourriture semble se rapprocher au plus près de la nature des animaux carnivores. Néanmoins, elle reste fortement déconseillée, car cet apport domestique ne ressemble en rien à l’alimentation qu’aurait un animal sauvage dans la nature : conditions d’élevage des proies, conditionnement de la viande et risques sanitaires, morceaux choisis par les propriétaires et déséquilibres alimentaires. Sans des études approfondies sur le sujet et des protocoles stricts et vérifiés en laboratoire pour assurer ces paramètres, l’alimentation crue présente des risques pour la santé des animaux de compagnie, mais aussi pour leurs propriétaires (manipulation et contamination bactérienne). Enfin, certains maîtres passent à la raw food pour éviter les céréales présentes dans la plupart des croquettes : il est plutôt conseillé de rechercher des marques n’en utilisant pas. Elles existent !


* Glasgow AG, Cave NJ et Marks SL (2002), Role of Diet in the Health of the Feline Intestinal Tractand in Inflammatory Bowel Disease, Center for Companion Animal Health, School of VeterinaryMedicine, University of California, Davis, California.

Pour aller plus loin : 

  • - Acke E, Midwinter J, Collins-Emerson J and French N (2011). Campylobacter species and multilocus sequence types from commercial raw meat diets for pets, J Vet Int Med 25(6): 1,496.
  • - Allan RM (2015). Enterectomy for treatment of small intestinal segmental volvulus secondary to dietary obstruction in a dog, Vet Rec Case Rep 3(1):e000179 doi:10.1136/vetreccr-2015-000179.
  • - Cantor GH, Nelson S Jr, Vanek JA et al (1997). Salmonella shedding in racing sled dogs, J Vet Diagn Invest 9(4): 447-448.
  • - Caraway CT, Scott AE, Roberts NC and Hauser GH (1959). Salmonellosis in sentry dogs, J Am Vet Med Assoc 135: 599-602.
  • - Clark C, Cunningham J, Ahmed R et al (2001). Characterization of Salmonella associated with pig ear dog treats in Canada, J Clin Microbiol 39(11): 3,962–3,968.
  • - Defra (2014). Using animal by-products to make pet food.
  • - Dominguez SA and Schaffner DW (2009). Survival of Salmonella in processed chicken products during frozen storage, J Food Prot 72(10): 2,088-2,092.
  • - FDA (2015). Avoid the dangers of raw pet food.
  • - Finley R, Reid-Smith R and Weese JS (2006). Human health implications of Salmonella-contaminated natural pet treats and raw pet food, Clin Infect Dis 42(5): 686-691.
  • - Finley RL (2004). Salmonella in commercially available pig ear treats and raw food diets: prevalence survey and canine feeding trial, MSc thesis, University of Guelph, Ontario.
  • - Glasgow AG, Cave NJ and Marks SL (2002). Role of diet in the health of the feline intestinal tract and in inflammatory bowel disease.
  • - Joffe DJ and Schlesinger DP (2002). Preliminary assessment of the risk of Salmonella infection in dogs fed raw chicken diets, Can Vet J 43(6): 441-442.
  • - Nemser SM, Doran T, Grabenstein MT et al (2014). Investigation of ListeriaSalmonella and toxigenic Escherichia coli in various pet foods, Foodborne Pathog Dis 11(9): 706-709.
  • - Novak JS (2003). Effects of refrigeration or freezing on survival of Listeria monocytogenes Scott A in under-cooked ground beef, Food Control 14(1): 25-30.
  • - Pitout JDD, Reisbig MD, Mulvey M et al (2003). Association between handling of pet treats and infection withSalmonella enterica serotype Newport expressing the AmpC β-lactamase, CMY-2, J Clin Microbiol 41(10): 4,578-4,582.
  • - Public Health Agency of Canada (2006). An international outbreak of human salmonellosis associated with animal-derived pet treats – Canada and Washington State, 2005.
  • - Schlesinger DP and Joffe DJ (2011). Raw food diets in companion animals: a critical review, Can Vet J 52(1): 50-54.
  • - Sorrells KM, Speck ML and Warren JA (1970). Pathogenicity of Salmonella gallinarum after metabolic injury by freezing, Appl Microbiol 19(1): 39-43.
  • - Stiver SL, Frazier KS, Mauel MJ and Styer EL (2003). Septicemic salmonellosis in two cats fed a raw meat diet, J Am Anim Hosp Assoc 39(6): 538-542.
  • - Stone GG, Chengappa MM, Oberst RD et al (1993). Application of polymerase chain reaction for the correlation ofSalmonella serovars recovered from greyhound faeces with their diet, J Vet Diagn Invest 5(3): 378-385.
  • - UK FSA (2015). Campylobacter.
  • - Willis C (2001). Isolation of Salmonella species from imported dog chews, Vet Record 149(14): 426-427.


Source : Dr Mike Davies pour Veterinary Times

Ces articles pourraient également vous intéresser