Découvrez les blessures fréquentes liées à l'endurance et évitez-les !

Par Virginie Sowinski, le mardi 15/12/2015 à 08h00

Les chevaux d’endurance sont de grands sportifs, capables de courir de longues distances. L’endurance est une course de fond où les participants doivent trouver l’équilibre entre les impératifs du chronomètre et l’état de fatigue du cheval. Dans cette discipline plus qu’ailleurs « qui veut aller loin, ménage sa monture ». Cependant, un petit grain dans les rouages peut avoir une incidence sur la santé de l’animal : myopathies et autres affections sont courantes.

Blessures dans la pratique de l'endurance

La myopathie est une atteinte des tissus musculaires qui peut survenir en course d’endurance lors de différentes situations :

En début de course, environ 5 à 20 minutes après le départ. Ces myopathies sont dues à un stress ou un changement inapproprié des habitudes de l’animal peu avant l’épreuve. Il peut s’agir d’un changement d’alimentation quelques jours avant, une mise à l’herbe la veille pour un cheval qui n’en a pas l’habitude, une nuit passée au box pour un cheval vivant au pré, etc. Par ailleurs, une étude a démontré que les positions de sommeil (debout, décubitus sternal, décubitus latéral) peuvent avoir une incidence sur les performances du cheval. Il est ainsi conseillé de lui octroyer un espace où il puisse se coucher de tout son long (décubitus sternal) s’il le souhaite *.

D’autres myopathies surviennent aussi en cours d’épreuve et sont liées à la gestion du cheval pendant l’activité : fatigue, déshydratation, moins de glycogène dans le muscle ou accumulation d’acide lactique, compensation d’une boiterie, etc. Il semblerait que ces atteintes soient plus fréquentes lorsqu’il fait frais, humide et que le terrain est plus lourd et difficile.

 

Autres affections fréquentes du cheval d’endurance :

- Inflammation ligamentaire (suspenseur) ;

- Arthropathie du boulet ;

- Affections du pied ;

- Tendinite (fléchisseur du doigt) ;

- Douleurs dorsales ;

- Arthrose (jarret) ;

- Myopathie d’effort ;

- Fourbure ;

- Fracture de stress (métacarpien).


Le cavalier d’endurance doit plus que jamais être à l’écoute de son cheval, car une blessure peut rapidement survenir. En cas de myopathie lors d’une course, il convient d’arrêter l’activité sur le champ et d’assurer la prise en charge du cheval par un vétérinaire. La réhydratation est alors le premier soin à mettre en œuvre.



* Rapport de la conférence 2015 de l'International Society of Equitation Science, A preliminary investigation of competition performance linked to duration and frequency of nocturnal sleep behaviours.

Sources : Le Point Vétérinaire / Research Gate

Ces articles pourraient également vous intéresser