Soigner son chat par l’alimentation : conseils par maladie

Par Virginie Sowinski, le jeudi 10/12/2015 à 08h00

Certaines maladies sont intimement liées à l’alimentation et leur traitement passe par des modifications diététiques. Voici les apports à favoriser et ceux à éviter en fonction des pathologies diagnostiquées par le vétérinaire.

quelle alimentation du chat malade

En cas de calculs urinaires, prenez des aliments réduits en magnésium et multipliez le nombre de repas pour maintenir le taux de pH. Il convient de surveiller la prise de boisson du chat : s’il ne boit pas assez, l’apport en sodium pourra être augmenté.

En cas d’insuffisance rénale chronique, il est nécessaire de fournir une alimentation contenant des protéines de qualité et réduite en phosphore (que l’on trouve dans les poissons, le foie, les œufs, etc.). Pour éviter l’hypokaliémie souvent liée à l’insuffisance rénale chronique, il peut être conseillé de fournir un complément en potassium.

En cas de diabète sucré, limitez les aliments gras et favorisez les sucres lents, les fibres et les protéines de bonne qualité.

Tout arrêt de la prise alimentaire chez le chat peut conduire à une lipidose hépatique, surtout si le félin est en surpoids. Le rééquilibre nutritionnel précoce est garant de la survie de l’animal atteint : 90 % des malades se rétablissent lorsqu’ils sont pris en charge suffisamment tôt. S’il n’y a pas de régime idéal, des protéines de qualité sont nécessaires pour contrer l’accumulation des graisses hépatiques.

En cas d’obésité, changez la qualité de l’alimentation de votre chat, moins grasse et riche en protéines pour apporter les acides aminés nécessaires. Pour un animal en surpoids, un repas riche en fibres est aussi conseillé afin de pouvoir augmenter la quantité et ne pas laisser le chat sur sa faim.




Source : Fiches ASV – Le Point Vétérinaire

Ces articles pourraient également vous intéresser