Les gestes quotidiens pour protéger votre animal contre les tiques

Par Virginie Sowinski, le mardi 27/10/2015 à 08h00

Les tiques font partie des parasites externes pouvant toucher chiens, chats, chevaux et humains. Ces petites bêtes de la famille des arachnides-acariens posent particulièrement problème, car elles sont responsables de la transmission de certaines maladies, comme la piroplasmose, la maladie de Lyme ou encore l’ehrlichiose. Il est donc primordial de connaître les bons gestes pour protéger vos animaux.

Protéger son chien contre les tiques- Les animaux les plus exposés sont ceux qui passent du temps à l’extérieur, notamment en pleine nature. Les bois et hautes herbes abritent les tiques et sont donc des zones à risques.

- Au retour des balades, examinez votre animal pour trouver d’éventuelles tiques sur la peau ou parmi les poils. Les zones de prédilection sont les oreilles, le cou, la tête, les pattes et les plis des pattes. Les tiques ne sont peut-être pas encore accrochées : à ce stade elles sont petites et difficiles à voir. Soyez vigilant.

- Si vous trouvez une tique accrochée, surtout ne la retirez pas à mains nues. Pulvérisez de préférence un répulsif spécifique avant d’essayer de l’enlever avec une pince, par un mouvement rotatif. Il est très important de retirer la tique dans son intégralité : un mauvais geste et les crochets peuvent rester accrochés, occasionnant des infections.

- Surveillez la zone où vous avez retiré une tique. S’il y a une inflammation, une rougeur, c’est que des crochets y sont sans doute encore. Consultez votre vétérinaire pour les enlever.

- En prévention, administrez un antiparasitaire externe à votre animal, à raison d’une fois par mois. Attention, les agents utilisés pour le produit canin sont toxiques pour les chats. Ne cherchez donc pas à utiliser un antiparasitaire pour chien sur votre chat, même à moindre dose. Il existe à présent un nouvel antiparasitaire interne/externe à donner en comprimé, parlez-en à votre vétérinaire. Par ailleurs, un vaccin contre la maladie de Lyme peut aussi être recommandé en complément, dans les régions où la maladie sévit.


Les tiques sont des passagers indésirables de votre animal : pour éviter de les rencontrer et minimiser les risques de maladies, la prévention demeure le meilleur remède.



Source : Dr Tracy Acosta, vétérinaire dans le Mississipi (USA) pour le SunHerald.

Ces articles pourraient également vous intéresser