Découvrez comment aider votre cheval à vaincre sa peur du van

Par Virginie Sowinski, le mardi 06/10/2015 à 08h00

Monter dans un van ou un camion est une situation stressante pour bon nombre de chevaux. Si certains se montrent simplement hésitants, d’autres peuvent se révéler phobiques : transpiration, évitements, cabrés, peuvent être observés par des propriétaires parfois pressés, souvent désarmés. Voici quelques conseils pour accompagner le cheval ayant la phobie du van vers la guérison.


Pourquoi un cheval a-t-il avoir peur de monter dans un camion ou un van ? Plusieurs raisons sont possibles. Il peut avoir eu une expérience traumatisante, avoir peur du bruit de ses sabots sur le pont, de l’étroitesse de la remorque ou encore du contraste lumineux entre l’intérieur et l’extérieur (dû à sa vision). Donner confiance à un cheval phobique peut être une quête longue et semée d’embûches. Néanmoins, elle n’est pas insurmontable si elle suit un certain schéma : habituation, désensibilisation et renforcement positif.

Phobie du van chez le cheval

Habituer le cheval à la vue du van

La peur du van chez le cheval ne commence pas forcément lorsque le propriétaire le prépare à y monter : le stress peut commencer à se manifester dès la vue de la remorque. L’animal anticipe le chargement et peut même commencer à transpirer avant d’y être conduit. Pour éviter ce phénomène d’anticipation, il peut être conseillé de se servir un temps du van comme de l’outil de transport du foin sur la propriété, ou pour tout autre activité agricole. Le cheval apprendra à associer le mouvement du van à d’autres actions, non stressantes, voire même positives (si le van transporte le foin).


Rendre la remorque moins phobogène

Le van peut faire peur à l’animal par bien des égards. Pour minimiser ces aspects terrifiants, vous pouvez :


  • - Ouvrir ponts et portes pour laisser entrer la lumière et diminuer le contraste entre l’intérieur et l’extérieur de la remorque.
  • - Retirer les bas flancs pour agrandir l’espace et pratiquer le renforcement positif lorsque le cheval est à l’intérieur.
  • - Accompagner et conforter l’animal à chaque pas sur le pont. Pratiquer un renforcement positif à l’aide d’encouragements, friandises et de caresses.
  • - Garder la longe détendue, sans chercher à tirer pour le faire monter.


En observant le comportement du cheval, le propriétaire peut arriver à déterminer quel est le point anxiogène dans le chargement en camion et se concentrer sur ce dernier.



Organiser des séances de désensibilisation

Le propriétaire ne doit pas attendre d’avoir besoin de charger le cheval pour travailler sur la montée dans le van : il ne doit pas être pressé, ne pas être lui-même stressé et se concentrer à la tâche sans ajouter sa propre crainte à l’angoisse déjà ressentie par l’animal.

Deux à trois séances par semaine sont indiquées. La présence du vétérinaire peut être nécessaire pour encadrer la thérapie et veiller à son bon déroulement.

La réussite de chaque séance réside dans le respect de la peur du cheval : les choses doivent être faites par étape sans jamais atteindre le seuil de peur panique. Le propriétaire doit donc être à l’écoute de son cheval et ne pas hésiter à marquer des pauses avec renforcement positif lorsqu’il sent la pression monter chez son animal. La séance doit être arrêtée si le cheval montre des réactions de peur marquées.

Même si le cheval accepte de monter sans encombre, ne le forcez pas à rester longtemps dans le van si vous sentez que cela le stresse. Il lui faudra du temps avant que cela ne représente plus qu’une charge émotionnelle minime.


Les phéromones équines peuvent aider à diminuer le stress du cheval : elles sont naturelles et ne sont pas toxiques. N’hésitez pas à en parler à votre vétérinaire.


Lutter contre la phobie du van chez le cheval peut s’avérer long et délicat. Le propriétaire ne doit pas baisser les bras et se sentir dépassé. Tout vient à point à qui sait attendre. Avec le temps, de la patience et l’aide du vétérinaire dans le suivi du cheval, il est possible d’arriver à ses fins.



Source : L. Bonnafous, C. Falewee, E. Gaultier, M. Alnot-Perronin, P. Pageat, Traitement de la phobie du van chez un cheval : mise en place et suivi, Pratique vétérinaire équine, n°158, 2008

Ces articles pourraient également vous intéresser