Cheval couché, danger ! Les conseils pour prendre soin du cheval au sol

Par Virginie Sowinski, le mardi 25/08/2015 à 08h00

Le cheval est un animal qui se couche rarement : on peut l’observer durant des phases de sommeil profond, qui sont relativement courtes. S’il reste couché plus longtemps que par sessions de quelques dizaines de minutes, les propriétaires doivent réagir rapidement, car la situation est anormale. Pourquoi le cheval ne peut-il pas rester plus longtemps couché et quels conseils pour celui qui ne peut pas se relever ? Soigner son animal fait le point.

Cheval couché


En dehors des brèves siestes que peut faire le cheval, la position couchée est de mauvais augure, car prolongée, elle cause des complications sur la santé de l’animal. En effet, cette position chez les équidés est très éprouvante pour le corps si elle est maintenue plusieurs heures.

Dans la position couchée, les muscles en contact avec le sol subissent une compression. Alors que ceux de l’Homme peuvent supporter une pression et un moindre apport sanguin pendant 4 heures, ceux du cheval commencent à subir une inflammation après seulement 2 heures. Les tissus meurent et se nécrosent alors en moins de 8 heures, pouvant créer des escarres, notamment aux pointes osseuses (hanche, coude, épaule, grasset). Une dégradation accélérée due au poids de l’animal et à la force exercée sur les muscles lorsqu’il est couché.

Les organes internes sont aussi atteints : la cage thoracique se comprime, les poumons s’affaissent, le débit cardiaque est réduit et le rythme irrégulier. Le cheval se déshydrate et les muscles comprimés libèrent de la myoglobine : un ensemble qui, par une réaction en chaîne, entraîne une insuffisance rénale.

La dégénérescence rapide des organes et des muscles du cheval lors d’une incapacité à se relever doit conduire le propriétaire à réagir vite : si l’animal reste couché, il est impératif de contacter le vétérinaire très rapidement.

Image title

Pour retourner un cheval couché, faites passer les membres sous le corps de l'animal © Lydia B.


Quels soins pour un cheval couché ?

La gestion d’un animal couché est très délicate et nécessite du personnel et du matériel. Si l’animal est couché à l’extérieur, mobilisez du monde pour tenter de le relever et le rapatrier dans une zone couverte. Les soins qui s’ensuivent exigent alors une présence 24 h/24. Si les propriétaires de l’animal sont disponibles, c’est parfait. Si ce n’est pas le cas, le transfert du cheval en clinique est conseillé.

Cheval couché atteint de Wobbler. © Marie MercierCheval ataxique atteint de Wobbler, resté au sol plus d'une semaine. © Marie Mercier


Si vous gardez le cheval chez vous, il sera nécessaire de le tourner toutes quatre heures. Pour cela, mettez des cordes à chaque paturon, rassemblez les membres et faites-les passer avec les cordes sous le corps. Pendant que des personnes tirent ensuite sur les liens, une autre reste à l’encolure du cheval et pousse pour aider le basculement de l’animal. Massez ensuite le côté du cheval qui vient d’être libéré pour relancer la circulation sanguine.

Évitez tout ce qui pourrait le blesser : enlevez-lui le licol et les objets comme les mangeoires et abreuvoirs de l’environnement. Rembourrez ce qui peut l’être et installez matelas et tapis de paille épais sur le sol.

Enfin, si le cheval n’est pas mis sous perfusion pour le réhydrater, proposez-lui de l’eau toutes les deux heures. S’il est déshydraté, vous verrez ses flancs se creuser.



De nombreuses maladies peuvent pousser le cheval à rester couché, comme une crise de fourbure, un syndrome de Wobbler, une maladie de Lyme, un tétanos, etc. La gestion de l’animal est compliquée et la coopération de ce dernier est essentielle pour augmenter ses chances de survie. Si le diagnostic est sombre passé 72 h, la volonté du propriétaire et celle du cheval demeurent des facteurs décisifs lors d’un décubitus prolongé.




Source : I. Desjardins, G. Touzot-Jourde, Le cheval en décubitus prolongé, Pratique vétérinaire équine n°186 Vol. 47, 2015. 

Ces articles pourraient également vous intéresser