Avez-vous le bon poids pour votre cheval ? Venez le vérifier

Par Virginie Sowinski, le mardi 11/08/2015 à 08h00

Une étude menée en 2013 par les chercheurs du Duchy College, au Royaume-Uni, vient bousculer le monde de l’équitation : seuls 5 % des cavaliers adultes seraient au bon poids pour leur monture alors qu’un tiers de ceux sondés étaient trop lourds pour l’animal. Un constat qui doit mener chaque cavalier à s’interroger, pour le bien-être de son cheval.

Le cavalier devrait faire 10 % du poids du cheval. © Marie MercierLe cavalier devrait faire 10 % du poids du cheval. © Marie Mercier


Tous les cavaliers ne peuvent pas monter tous les chevaux sans conséquence. C’est ce que révèle une étude vétérinaire anglaise. En examinant les capacités physiques des chevaux en fonction du poids de leur cavalier, les chercheurs ont ainsi mis en évidence un ratio idéal : lorsque la personne pèse 10 % du poids de son cheval, ou moins, elle n’a pas d’incidence sur les capacités physiques de l’animal. Une valeur de 15 % apparaît également comme « satisfaisante » alors que des cavaliers pesant 20 % du poids de leur cheval (ou plus) sont beaucoup trop lourds et prennent le risque de causer des douleurs dorsales et des boiteries. Idéalement, pour un cheval de selle qui en moyenne pèse 500 kg, il faudrait donc un cavalier de 50 kg, le poids pouvant aller jusqu’à 75 kg.

Des chiffres qui sont toutefois soumis à des variables : âge et physionomie du cheval, activité effectuée, position et équilibre du cavalier, poids de la selle, etc.

Jusqu'alors, les éléments énoncés concernant le ratio du poids cavalier/cheval se basaient sur des données anciennes sans aucun fondement valable : on attendait des chevaux qu’ils portent 20 à 25 % de leur poids et en tirent la moitié. Quant aux poneys, il était admis qu’ils puissent porter 50 % de leur poids et tracter l’équivalent de sa totalité.


Les informations de cette étude, si elles sont portées à la connaissance du plus grand nombre, pourraient permettre de revoir les couples chevaux/cavaliers pour une relation plus équilibrée et un meilleur respect du bien-être de l’animal.






Crédit photo : Marie Mercier

Source : "The horse and rider bodyweight relationship within the UK horse riding population", E. Halliday, H. Randle, Journal of Veterinary Behavior, Volume 8, Issue 2, 2013.

Ces articles pourraient également vous intéresser