Chien, chat, cheval : que faire lors d’une morsure de serpent ?

Par Virginie Sowinski, le mardi 03/09/2019 à 07h45

En balade dans les hautes herbes, votre chien n’est pas à l’abri d’une mauvaise rencontre avec une vipère. Que faire si son chien se fait mordre par un serpent ? Réponses.


On estime que 79 % des cas de morsures de serpent chez l’animal de compagnie se produisent chez le chien. Les chats ne représentent que 16 % des cas de morsure et les chevaux 3 %.

Image title

Morsure de serpent chez l’animal : est-ce dangereux ?   


En France métropolitaine, le seul serpent dangereux est la vipère : il en existe plusieurs sous-espèces. Quant à la couleuvre, autre serpent commun sur le territoire, elle n’est pas venimeuse, à l’exception de la couleuvre de Montpellier, qui cependant ne présente pas de risques pour les animaux vu la conformation de ses crochets.  

Lorsqu’un serpent mord, même s’il est venimeux, il ne libère pas toujours son venin. C’est le cas pour 30 à 40 % des morsures.

La dangerosité d’une morsure de serpent dépend donc de l’espèce impliquée, de l’envenimation ou non des crochets ainsi que de la zone d’atteinte, une morsure à la face ou au cou étant plus dangereuse qu’une morsure à la patte.

La toxicologie du venin demeure variable, car la composition change selon les serpents, leur âge et parfois même leur environnement.


Comment reconnaître les signes d’une morsure de serpent ?

Lorsqu’un chien, chat ou cheval se fait mordre par un serpent, il ressent une forte douleur, persistante. L’animal a donc une réaction (retrait, fuite, couinement pour le chien) et on observe deux trous à l’endroit de la morsure. En fonction de l’angle lors de la morsure ou de la zone, il arrive que l’atteinte soit partielle et que seul un trou soit visible.

Un œdème (gonflement) dur et froid survient rapidement, souvent dans les deux heures. Si aucun œdème n’est observé dans les 6 heures, il est alors probable que le serpent ait mordu sans inoculer son venin. Toutefois, même en ce cas, une visite chez le vétérinaire reste conseillée.


Si le venin a bien été libéré lors de la morsure du serpent, l’œdème apparaît, avec des difficultés respiratoires si l’atteinte est au niveau du cou. L’animal peut aussi être en état de choc, prostré, souffrir de vomissements ou de diarrhées.

Concernant la partie inobservable, le rythme cardiaque peut s’accélérer, les organes internes peuvent souffrir de dysfonctionnements, des caillots sanguins peuvent se former dans les vaisseaux, etc.

Plus rarement, l’atteinte peut être neurologique, notamment avec des signes de paralysie.


Que faire en cas de morsure de serpent ?

Lors d’une morsure de serpent, le premier réflexe est d’appeler le vétérinaire pour le prévenir de l’arrivée de l’animal au cabinet. Si l’animal a été mordu au cou, il est nécessaire d’enlever le collier afin d’éviter qu’il ne serre une zone susceptible de gonfler.

Si le serpent a mordu l’animal à la patte, une attelle peut être posée pour éviter que l’animal ne bouge.



Toutefois, IL NE FAUT SURTOUT PAS :

  • - Sucer le venin ;
  • - Utiliser un couteau, scalpel ou tout autre objet tranchant pour ouvrir à l’endroit de la morsure.
  • - Mettre de la glace ou appliquer de la chaleur ;
  • - Serrer la zone en faisant un garrot.

 

Le propriétaire peut désinfecter la plaie (attention, l’alcool et l’éther sont à éviter), bien qu’il conviendrait de tondre la zone au préalable, acte qui pourra être réalisé chez le vétérinaire.


À la suite d’une morsure de serpent, l’animal guérit généralement dans les 5 jours, grâce notamment à l’injection d’un antidote, un sérum antivenimeux. Une morsure de serpent reste toutefois une atteinte qui peut être grave et qui nécessite une visite d’urgence chez le vétérinaire. Selon le centre antipoison de Grande-Bretagne, 4,6 % des animaux succomberaient à une morsure de serpent.  



Source : Fiche toxicologique, Le Point Vétérinaire

Ces articles pourraient également vous intéresser