Faire une radio du pied d’un cheval : la position peut tout fausser

Par Virginie Sowinski, le mardi 19/03/2019 à 21h11

Un cheval qui boite, un cheval qui a mal aux pieds ou qui ne le pose plus, peut avoir besoin d’une radiographie. Cependant l’exercice est plus délicat qu’il n’y paraît, même pour un professionnel, et une étude tout juste parue révèle que certaines pratiques peuvent complètement fausser le résultat.


Faire une radio à un cheval peut avoir de multiples avantages : déceler l’origine d’une boiterie, ou encore corriger les déviations du pied par rapport à l’axe de la phalange. Cependant, quelle que soit la raison pour laquelle elle est réalisée, une radiographie n’apporte les réponses que si elle est de très bonne qualité. Si elle ne l’est pas, les éléments recherchés peuvent ne pas être révélés et le bon diagnostic ne peut pas être posé.

C’est ce qu’il semble se produire lorsque l’on prend le pied d’un cheval agité pour l’immobiliser suffisamment et permettre de faire une radio de l’antérieur opposé.

Si cette pratique simplifie la prise du cliché, elle fausserait aussi les résultats, selon une étude parue en 2019 (1).


Radiographie d'un pied de cheval : comparaison entre une prise unipodale et bipodaleOn observe une différence dans l'espace entre les phalanges P2/P3 et dans l'angle digital du tendon fléchisseur profond, entre la radiographie A (bipodale) et B (unipodale).
© Joostens, Z., Evrard, L., & Busoni, V. Veterinary Radiology and Ultrasound.


Ainsi, en comparaison avec un cheval dont les deux membres seraient maintenus au sol, on observe chez le cheval en situation unipodale une augmentation de la flexion de l’ articulation interphalangienne médiale distale, traduit par un espace plus grand entre les phalanges P2 et P3.

Par ailleurs, l’angle digital du tendon fléchisseur profond paraît augmenté en unipodal, tout comme le pâturon, alors que la phalange distale et son fléchisseur n’ont pas changé. Résultat : l’articulation métacarpophalangienne est visible, signe d’une descente ou d’une hyperextension de cette articulation.

Les tissus mous dorsaux de la bande coronaire ont également l’air plus aplatis lorsque la radiographie est prise avec un seul pied antérieur en contact avec le sol.

La pression accrue exercée lorsque le cheval se tient sur un seul antérieur modifie l’équilibre de l’articulation médiolatérale et l’apparence du pied radiographié, ce qui rend les mesures difficiles à prendre et qui peut fausser leur résultat.


Comment (bien) faire une radio à un cheval ?

Le Dr Debra R. Taylor, vétérinaire et enseignante à l’École de médecine vétérinaire de l’Université d’Auburn (États-Unis) a mis en ligne quelques conseils pour faire une radiographie de qualité.

Selon elle, pour être prise correctement, une radiographie du pied doit être centrée sur la phalange P3 et non sur le boulet, le pied doit être déferré et sans silicone, il doit être bien posé sur le support, un bloc doit servir de repère pour la prise de vue, certaines zones du pied doivent être marquées à la pâte de baryum (paroi dorsale, pointe de la fourchette, talon). Enfin, les glomes doivent être parallèles au faisceau et parallèles au bloc.

Pour pouvoir comparer l’évolution d’un même pied au fil du temps, il est aussi conseillé de définir une distance de prise de vue et de la conserver pour tous les clichés.



Pour consulter l’ensemble des conseils utiles pour faire une radio du pied du cheval de qualité, cliquez sur l’image ci-dessous :


Paramètres pour faire une radio chez le chevalParamètres pour faire une radiographie en prise latérale. © Dr Debra R. Taylor, (traduction par Xavier Sylvain)




Source : 

(1) Joostens, Z., Evrard, L., & Busoni, V. (2019). Unipodal stance influences radiographic evaluation of foot balance in horses. Veterinary Radiology & Ultrasound. doi:10.1111/vru.12729

Ces articles pourraient également vous intéresser