Sourire ou grimacer : les émotions se lisent sur le visage des chevaux

Par Virginie Sowinski, le jeudi 14/02/2019 à 23h42

Chez l’Homme, une mine enjouée ou une moue peuvent être révélatrices de l’état d’esprit de la personne qui les arbore. Mais chez le cheval ? Il semblerait que des expressions faciales puissent aussi laisser transparaître l’état de bien-être des équidés. Pourraient-ils eux aussi sourire ?


Les expressions faciales de la peur et de la douleur ont été à plusieurs reprises étudiées chez le cheval (1, 2), comme chez d’autres espèces. L’intérêt pour les signes visibles d’émotions positives est très récente, mais la recherche a déjà su montrer que les postures, la position des oreilles ou encore le regard (3) changeaient lors de stimuli positifs. Des paramètres observables, corrélés avec des indices physiologiques, comme la production d’ocytocine ou un ralentissement du rythme cardiaque (4).

La capacité du cheval à exprimer ses émotions semble logique : il s’agit d’un animal social, qui interagit avec ses semblables et qui est pourvu de muscles faciaux complexes, au même titre que les primates.

Il ne reste plus qu’à les décoder.

Image title


Stimuli positifs et expressions faciales associées

Pour cela, deux groupes de chevaux ont été étudiés (5).

Dans le premier, 13 individus étaient brossés doucement à des endroits connus pour être agréables pour l’équidé. Le second était composé de 14 individus brossés selon un protocole standard de pansage. 11 sessions de grooming ont été organisées.

La différence de comportement entre les deux groupes d’étude a été assez marquée. Dans le premier, les chevaux cherchaient le contact et rendaient le grooming à celui qui le pratiquait, alors que dans le second groupe, plusieurs chevaux ont évité le contact, ont contracté le dos ou se sont montrés menaçants.

Si l’on s’intéresse aux expressions faciales, les yeux des chevaux du groupe 1 étaient plus souvent écarquillés (on y voyait du blanc) et les lèvres étaient contractées. La tête était portée plus haute, cou redressé.

À l’inverse, les chevaux du groupe 2 avaient plus fréquemment les yeux entrouverts, le blanc n’était pas apparent, les lèvres étaient détendues et pendantes (ou tremblotantes). Des signes apparents de bien-être. 

Le plus étonnant, c’est que les mêmes chevaux ont été remis dans la même situation un an après ces 11 sessions de test, avec la même personne pour les brosser. Avant même de reproduire le schéma, certains chevaux ont montré des expressions faciales de plaisir ou de déplaisir en fonction du groupe d’attribution d’origine. Une observation qui démontrerait que les chevaux se souviennent de leur expérience, une année après et après seulement avoir vécu quelques séances.  

Les chevaux ne sourient pas comme nous, mais ils montrent eux aussi sur leur « visage » des signes de satisfaction ou de mécontentement. Mieux comprendre ces expressions faciales est l’une des clés pour améliorer le bien-être des équidés. Alors que leurs besoins ont longtemps été ignorés au profit de la performance, il ne nous reste plus qu’à ouvrir l’œil pour faire au mieux pour eux.


Source et références : 

  • (1) Gleerup, K. B., Forkman, B., Lindegaard, C. & Andersen, P. H. An equine pain face. Vet Anaesth Analg 42, 103–114 (2015).
  • (2) Dalla Costa, E., Bracci, D., Dai, F., Lebelt, D. & Minero, M. Do Diferent Emotional States Afect the Horse Grimace Scale Score? A Pilot Study. J Equine Vet Sci 54, 114–117 (2017).
  • (3) Hintze, S., Smith, S., Patt, A., Bachmann, I. & Wurbel, H. Are Eyes a Mirror of the Soul? What Eye Wrinkles Reveal about a Horse’s Emotional State. PLoS ONE 11 (2016).
  • (4) Feh, C. & De Mazières, J. Grooming at a preferred site reduces heart rate in horses. Anim. Behav. 46, 1191–1194 (1993).
  • (5) Lansade, L., Nowak, R., Lainé, A.-L., Leterrier, C., Bonneau, C., Parias, C., & Bertin, A. (2018). Facial expression and oxytocin as possible markers of positive emotions in horses. Scientific Reports, 8(1).doi:10.1038/s41598-018-32993-z

Ces articles pourraient également vous intéresser