Ulcère gastrique glandulaire du cheval : comment le déceler et comment l'éviter ?

Par Virginie Sowinski, le mardi 18/12/2018 à 22h02

L’ulcère gastrique touche entre 50 et 90 % des chevaux de sport (1). Stress, faible pH peuvent être la cause de cette affection sur la muqueuse glandulaire et des bactéries pathogènes sont également suspectées. Mais comment savoir si l’estomac de son cheval est touché ? Quelques signes peuvent éveiller les soupçons.

Difficile de savoir si son cheval est atteint d’ulcères gastriques glandulaires, d’autant plus que tous les chevaux ne montrent pas de symptômes apparents pour cette affection, et que lorsque symptômes il y a, on ne sait pas très bien s’ils sont la cause ou bien la conséquence des lésions. Cependant, ces signes peuvent alerter le propriétaire et le pousser à consulter un vétérinaire.

Image title

Votre cheval a changé de comportement

Il a été démontré que les chevaux qui souffraient d’ulcères gastriques glandulaires présentaient un taux de cortisol (hormone du stress) élevé. Le stress est d’ailleurs un facteur favorisant ce type de lésions. Difficile de savoir lequel des deux est à l’origine de l’autre, néanmoins si votre cheval change d’attitude, s’il semble anxieux, sur l’œil, c’est un signe de stress pouvant éventuellement aussi être celui d’un ulcère gastrique glandulaire.


Votre cheval souffre de coliques

Les ulcères gastriques glandulaires peuvent être la source de douleur pour le cheval, que l’on apparente à des coliques. L’ulcère gastrique peut donc être à l’origine de coliques, mais l’inverse est également possible : des douleurs gastro-intestinales augmenteraient le risque pour les chevaux de souffrir d’ulcères.


Votre cheval mange moins et maigrit

La douleur causée par un ulcère gastrique glandulaire peut avoir un impact direct sur l’appétit. Il se peut également que le fait de manger soit source de douleur. Dans les deux cas, le cheval réduit sa consommation alimentaire sans autre raison apparente, et il perd du poids.

Attention toutefois, l’ulcère, le manque d’appétit et la perte de poids peuvent aussi être tous trois les signes d’une maladie gastro-intestinale plus importante.


Votre cheval est moins « performant »

Si le cheval souffrant d’ulcère gastrique glandulaire est monté, il peut se montrer plus réticent à l’exercice et moins performant. Ce changement dans les capacités du cheval ou sa volonté au travail peuvent être dus à une douleur.


Votre cheval est devenu hypersensible

Les chevaux souffrant d’ulcères gastriques glandulaires montrent une plus grande sensibilité, au pansage notamment. Ils sont littéralement à fleur de peau, réagissent fortement au moment de les sangler ou deviennent hypersensibles aux aides de leur cavalier.


D’autres manifestations peuvent encore être des signaux d’alerte : des chevaux essayant de se mordre les flancs, le grincement des dents, des tics (à l’air, à l’ours), des diarrhées ou un poil terne. L’ulcère gastrique glandulaire est fréquent et douloureux pour le cheval alors si les signes vous paraissent évocateurs, faites appel à votre vétérinaire. Et pour éviter ces désagréments à votre animal, veillez à lui éviter du stress, des changements de compagnons ou de soigneurs, laissez-le au repos au moins 2 jours par semaine et nourrissez-le 30 minutes avant le lui faire faire de l’exercice.

 

 Source et référence : 

- Rendle DI, Bowen IM, Brazil TJ, Conwell RC, Hallowell G, Hepburn R, Hewetson M and Sykes B., EGGD consensus statement Recommendations for the management of Equine Glandular Gastric Disease, UK-Vet Equine, 2018

(1) J. Nieto, Diagnosing and treating gastric ulcers in horses, Center for Equine Health, School of veterinary Medicine, University of California, Davis, 2012.

Ces articles pourraient également vous intéresser