Doit-on donner de la viande à son furet ?

Par Virginie Sowinski, le vendredi 10/07/2015 à 08h00

Le furet est un animal carnivore. Pourtant, pendant longtemps il était conseillé d’éviter de le nourrir avec de la viande, pour des raisons hygiéniques ou comportementales, la consommation de viande étant accusée de rendre l’animal agressif. Les vétérinaires reviennent sur ces conseils face à l’explosion de certaines maladies, notamment digestives.

Alimentation du furet. © Domaine public

Le furet est un carnivore strict, c’est-à-dire qu’il consomme exclusivement de la viande. Cette dernière contient peu de glucides. Or, les croquettes proposées dans le commerce pour le furet sont faites avec des fibres et de l’amidon à hauteur de 30 %, fournissant un apport bien trop important en glucides pour l’animal. Cela fait travailler son pancréas plus qu’il ne faut et crée des irritations digestives. Certains praticiens pointent également du doigt les aliments industriels dans les inflammations digestives et les insulinomes chez le furet.


Quels repas pour son furet ?

- Vous pouvez distribuer de petites proies entières, comme des poussins, qui auront l’avantage de se rapprocher au maximum de l’alimentation naturelle du furet. Le déchiquetage de la proie permettrait également de prévenir le tartre dentaire et les gingivites. Cependant, la difficulté réside dans le respect de l’hygiène : des poussins mal congelés ou provenant d’un élevage où sévit la salmonelle peuvent provoquer des maladies infectieuses, diarrhées.

- Vous pouvez également faire vos propres repas : mélangez viande, son de blé, huile de colza et compléments (Vit’i5 Little Ca®) avant de congeler le mélange dans des bacs à glaçons. Comme pour les proies entières la vigilance doit se porter sur le respect strict des règles d’hygiène et de la chaîne du froid.

- Vous pouvez enfin nourrir votre furet avec du b.a.r.f (biologically appropriate raw food) industriel. Même s’ils ont bonne réputation, ces aliments ne sont pas équilibrés et sont à déconseiller : viande et graisses de mauvaise qualité, trop de collagène, carence en acides gras essentiels et trop de minéraux.

À vous de choisir le type de repas que vous allez favoriser pour votre furet, en fonction de ses besoins, mais aussi de ce qui est faisable pour vous compte tenu des contraintes de certains modes d’alimentation.


Source : La Semaine Vétérinaire