Santé cheval : les conditions pour économiser 50 % sur les frais d'analyses

Par Virginie Sowinski, le mercredi 18/07/2018 à 15h21

Soigner son cheval malade est une responsabilité qui doit être prise par toute personne ayant fait le choix éclairé d’en devenir propriétaire. Cependant, la facture peut rapidement grimper. Le Respe (Réseau d’épidémiologie-surveillance de la filière équine) informe des situations pour lesquelles il est possible d’économiser 50 % sur les frais d’analyse, grâce à une prise en charge partielle par cet organisme.


Image titleEn matière de frais vétérinaires, la moindre baisse de coût pour le propriétaire est accueillie favorablement. Or, quand un cheval tombe malade, il est possible, dans certaines conditions, de ne payer que la moitié des frais d’analyses.


Quelles analyses sont concernées et pour quelles maladies ?

Voici la liste des analyses pour lesquelles vous pouvez économiser 50 % des frais en 2018 :

  • Dans un cas de gourme, la prise de sang (PCR) gourme.
  • En cas d’avortement, les prises de sang HVE1, HVE4, Artérite virale équine et la leptospirose.
  • Pour la maladie respiratoire virale aigüe, les PCR HVE1, HVE4, grippe, rhinovirus A et B, Adénovirus de type 1.
  • Pour le syndrome neurologique, PCR HVE1 et la sérologie de la fièvre de West Nile.
  • Pour la diarrhée du poulain, les PCR rotavirus, coronavirus, salmonelles, et la bactériologie pour Escherichia coli.
  • Lors d’une suspicion de syndrome du « piro-like », dépistage de l’anémie infectieuse équine, PCR piroplasmose et anaplasmose.
  • En cas de myopathie atypique, l’histologie et le profil diagnostique des biomarqueurs de la maladie.
  • Pour les troubles de la reproduction, le PCR HVE3 (exanthème coïtal).

  • Quelles conditions faut-il remplir pour bénéficier de cette prise en charge ?

    Le vétérinaire prescrivant les analyses doit être sentinelle du Respe. Si le praticien qui suit votre équidé ne l’est pas encore, vous pouvez lui en parler. Pour devenir sentinelle, il suffit de contacter le Respe au 02.31.57.24.88 ou par mail, à l’adresse contact@respe.net.

    Il est également nécessaire que les analyses soient demandées à la suite de symptômes évocateurs des pathologies précédentes. Un protocole est alors mis en place : le vétérinaire sentinelle doit remplir un formulaire en ligne avant d’envoyer la demande et les analyses à un laboratoire partenaire.


    Cette prise en charge partielle des frais d’analyse a un intérêt financier certain pour le propriétaire, mais elle permet aussi au Respe de mieux déclarer certaines maladies pour éviter leur propagation. Au final, un avantage pour tous.


    Source : Respe

    Ces articles pourraient également vous intéresser