Aromathérapie, phytothérapie : des solutions pour soigner les NAC !

Par Virginie Sowinski, le mercredi 11/04/2018 à 08h00

Les huiles essentielles et extraits de plantes sont des alternatives vers lesquelles se tournent de plus en plus les vétérinaires pour limiter l’utilisation d’antibiotiques dans le traitement de certaines maladies, notamment lors de parasitisme, d’affections digestives ou de troubles respiratoires. Focus sur des solutions déjà éprouvées pour le lapin et la poule.

Des traitements naturels pour le lapin

Parasitisme

Les parasites intestinaux, comme Ascaris, sont sensibles à l’huile essentielle d’ail et à celle d’arbre à thé (ou tea trea). Si on les combine en plus à des extraits de tanaisie, on obtient un vermifuge naturel contre ce parasite. En phytothérapie, l’armoise est aussi réputée efficace contre les oxyures.

Pour lutter contre la coccidiose, maladie digestive causée par un protozoaire, un mélange d’huiles essentielles de thym, d’origan compact, de sarriette des montagnes et de romarin officinal peut être conseillé.


Affections digestives d’origine bactériennes

Chez la poule, on peut traiter les affections liées à E.Coli grâce à un mélange d’huiles essentielles de thym, d’origan, de cannelle feuille et de clou de girofle. Une association qui fonctionne aussi sur les colibacilles à l’origine de maladies digestives chez le lapin.

Pour les entérites infectieuses du lapin et les candidoses digestives, on emploiera plutôt des extraits de noyer riche, connu pour son action antidiarrhéique, antiparasitaire et antibactérienne.


Affections respiratoires

Chez les rongeurs, un mélange d’huiles essentielles de cannelle de Chine, d’origan compact, de thym et d’eucalyptus globuleux ainsi que d’extrait de cyprès offre une réponse thérapeutique contre la pasteurellose respiratoire.

Pour soigner le coryza, on associera le mélange déjà recommandé pour lutter contre E.Coli à l’huile essentielle de pin sylvestre ou d’eucalyptus globuleux qui ont tous deux une vertu expectorante.

Enfin, dans le traitement de l’influenza, les huiles essentielles d’arbre à thé et de Ravintsara font de très bons antiviraux. De manière plus générale, l’extrait de cyprès est considéré comme un antivirucide.


Mycoses et affections cutanées

Contre la gale chez les différentes espèces, on peut envisager une solution d’huiles essentielles de clou de girofle, de géranium rosat, de citronnelle et de lavande officinale.

Pour les mycoses, l’arbre à thé est un excellent antifongique.  


Comment donner de l’aromathérapie à son animal ?

À l’inverse de l’homéopathie qui n’a pas d’incidence notable s’il y a une mauvaise prise, l’aromathérapie peut être dangereuse si elle est surdosée. Il est donc indispensable que le mélange soit indiqué par un vétérinaire, et proposé dilué soit dans une huile neutre, soit dans une solution aqueuse, à boire. Une analyse en laboratoire peut également aider à indiquer les essences les plus efficaces pour lutter contre un germe en particulier (aromatogramme ou phytogramme).


Longtemps moquées, la phytothérapie et l’aromathérapie sont aujourd’hui étudiées avec plus de sérieux comme alternative aux antibiotiques. Une nouvelle façon d’envisager les soins, à l’heure où la résistance des germes aux médicaments traditionnels inquiète de plus en plus les praticiens.

 Des alternatives naturelles pour soigner les poules.


Source : La Semaine Vétérinaire 

Ces articles pourraient également vous intéresser