Les ânes seraient plus sensibles au froid que les chevaux : protégez-les !

Par Virginie Sowinski, le samedi 23/12/2017 à 08h00

Leur poil est duveteux et ils sont réputés rustiques. Alors, pourquoi s’inquiéter pour les ânes en hiver ? Une récente étude britannique révèle que sous ses apparences robustes, l’âne serait plus sensible au froid que les chevaux, dont les poils s’adapteraient mieux aux changements de température.

Les ânes craindraient plus le froid que les chevaux

Incroyable, mais vrai. Les ânes craignent le froid, bien plus que les chevaux.  

Une étude parue en novembre 2017 dans l’Equine Veterinary Journal en a fait le constat après avoir étudié la longueur, le poids et l’épaisseur des poils de ces différents types d’équidés, au fil des saisons. Le pelage de 42 individus a ainsi été analysé : 18 ânes, 16 chevaux nés en Grande-Bretagne et 8 mules.

Le poil des ânes serait ainsi, au cœur de l’hiver, moins épais, moins dense et moins long que celui des chevaux.

Par ailleurs, Il s’avère que l’âne est l’équidé dont le poil varie le moins entre les saisons, alors que le cheval et la mule se dotent tous deux d’un poil d’hiver, plus épais. Par conséquent, l’âne est un équidé qui pourrait souffrir du froid et l’humidité.


Les résultats de l’étude tendent à prouver que l’âne ne fait pas de poil d’hiver. 

Image titleDifférence de poids, de longueur et d'épaisseur de poils chez les ânes (bleu), mules (vert) et chevaux (rouge) © Equine Veterinary Journal



Que faire pour l’âne en hiver ?

Étant donné les différences observées chez les divers types d’équidés, il est primordial de revoir la gestion des abris en fonction de l’espèce détenue. Les ânes ont des besoins plus importants que les chevaux en matière de protection contre le froid et devraient pouvoir accéder à un abri sec, isolé du vent.

Les mules ont une position intermédiaire. Mieux adaptées que les ânes, mais moins que les chevaux, elles nécessiteraient elles aussi une meilleure gestion pendant la saison hivernale.

Image titleDifférence de poils entre l'été et l'hiver chez les ânes, mules et chevaux © Equine Veterinary Journal


Cette étude brise l’idée répandue que les ânes sont des animaux rustiques. S’ils le sont, c’est uniquement dans l’environnement dont ils sont originaires, dans les milieux chauds et semi-arides. À l’inverse, ils ne sont pas capables d’adaptation et ne font pas de poil d’hiver comme le font les chevaux, ou les mules dans une moindre mesure.


Source :

Osthaus, B., Proops, L., Long, S., Bell, N., Hayday, K. and Burden, F. (2017), Hair coat properties of donkeys, mules and horses in a temperate climate. Equine Vet J. doi:10.1111/evj.12775

Ces articles pourraient également vous intéresser