Cheval : l’astuce naturelle contre les coliques de sable

Par Virginie Sowinski, le lundi 11/12/2017 à 09h25

La colique de sable se différencie de la colique d’impaction par son origine. Au lieu d’un bouchon de nourriture, c’est en effet du sable ou de la terre, ingéré avec la ration, qui ralentit ou obstrue le système digestif du cheval. Le danger est alors le même que pour une colique d’impaction : la colique de sable peut être fatale. Il existe pourtant une astuce à utiliser dès les premiers signes.


Plusieurs tests permettent le diagnostic de la colique de sable : l’échographie, la radiographie ou l’abdominocentèse. L’auscultation suffit néanmoins dans la plupart des cas, en corrélation avec l’observation de l’environnement du cheval.

Le vétérinaire écoute alors le mouvement du sable dans l’intestin au niveau de la ligne médiane ventrale.  


Soigner les coliques de sable


Suspicion de colique de sable, que faire ?

Si le propriétaire suspecte son cheval d'avoir consommé du sable et si le vétérinaire le lui confirme, l’astuce est de donner du psyllium. Ce complément à base de plante que l’on trouve facilement en pharmacie ou encore en magasin bio permet de stimuler le transit et d’agglomérer le sable. Il facilite ainsi son évacuation de l’intestin du cheval.

Le psyllium, un traitement simple, qui est la solution idéale en début de crise, dès le diagnostic du vétérinaire. Le lin préalablement bouilli peut également être une bonne alternative.

Il est donc conseillé aux propriétaires dont les chevaux sont susceptibles de faire des coliques de sable de se procurer du psyllium en prévention, et de l’ajouter à leur trousse de secours.

L’administration d’huile (l’huile de paraffine est souvent donnée lors de coliques d’impaction) est inefficace lors de coliques de sable. Mieux vaut assurer une bonne hydratation à l’animal en parallèle du psyllium.



Lutter contre les coliques de sable : conseils préventifs

Les coliques de sable sont le plus souvent rencontrées chez les chevaux vivant dans les milieux secs, qui évoluent sur des terrains sablonneux et non verdoyants. Un cheval vivant sur le pourtour méditerranéen serait donc plus à risque de déclencher une colique de sable qu’un équidé vivant dans un pré normand.

Il est important, dans les régions plus sèches, de ne pas nourrir les animaux à même le sol, à moins de le faire sur une dalle. Dans l’idéal, le foin devrait être suspendu en filet, mis en râtelier ou distribué dans une mangeoire.

Nourrir les chevaux à volonté évite également que ces derniers ne passent leur temps à fouiller le sol poussiéreux du bout du nez à la recherche de brindilles égarées ou ne se jettent sur l’herbe avec frénésie, arrachant de petites mottes de terres ou de sable avec les racines.


Image title

Foin distribué en filet dans un râtelier, afin d'éviter aux chevaux de manger sur un sol sablonneux. © Les râteliers du Soleil


Conseils pour les chevaux récidivants

Pour les animaux qui font fréquemment des coliques de sable, il peut être conseillé de prendre du psyllium régulièrement :

  • - Soit une ou deux tasses pour 450 kilos de cheval, un jour par semaine.
  • - Soit en cure journalière pendant une semaine, toutes les 4 à 5 semaines, pour les mêmes quantités.


Il semblerait par ailleurs qu’une administration une fois par semaine soit préférable à la cure.

Attention, le psyllium est un laxatif et il n’est pas recommandé d’en donner en prophylaxie à tous les chevaux. Seuls ceux qui font des coliques répétitives ou dont les comportements sont à risques (lécher le sol, manger les racines sablonneuses des herbes arrachées, etc.) peuvent être concernés.


Comme les coliques d'impaction, les coliques de sable sont dangereuses et peuvent entraîner la mort de l'animal si ce dernier n'est pas pris en charge correctement. Il est donc conseillé, dès les premiers signes, de faire appel à un vétérinaire qui pourra établir le diagnostic et apporter un conseil personnalisé pour le traitement de la colique de sable. 



Source : The Horse, Guide to equine health care

Ces articles pourraient également vous intéresser