Quel foin choisir pour son cheval ?

Par Virginie Sowinski, le mardi 03/10/2017 à 22h07

Le foin est l’aliment principal du cheval, idéalement fourni à volonté. Mais l’offre est large et variée et il est parfois dur pour le propriétaire ou gérant de s’y retrouver. Comment reconnaître un bon foin pour son équidé ? Réponses.

quel foin pour mon cheval ?

La qualification d’un « bon foin » est un jugement qui ne s’entend qu’en fonction de l’animal qu’il doit nourrir. Les ânes n’ont, par exemple, pas les mêmes besoins qu’un cheval, et un cheval ayant tendance à l’embonpoint nécessitera sûrement un foin moins riche qu’un individu âgé. Au-delà de cette considération, de nombreux mythes planent autour de la sélection des fourrages.


Comment choisir un foin de qualité ?

Tout propriétaire aurait tendance à juger la qualité du foin en fonction de sa couleur. Or, cela n’aurait apparemment aucun fondement. Le foin vert ne serait pas plus qualitatif que le foin brun, tout dépendrait de la composition et des espèces fourragères utilisées et de leur valeur nutritionnelle. Les légumineuses fourragères (luzerne) ont ainsi une qualité nutritive plus élevée que les graminées. Cependant, s’il y a un bon management de la récolte et du stockage, il n’y a pas une plante à favoriser à une autre au sein de chaque famille.

Pour bien l’évaluer, une seule solution : le faire analyser.


Choix du foin : les points à surveiller

S’il est difficile d’évaluer à vue d’œil la qualité nutritive d’un foin, il est important de faire attention à la façon dont il a été récolté et stocké. C’est ce qui déterminera réellement sa qualité.

Il est primordial de refuser tout foin présentant des traces manifestes de moisissures et de le stocker à l’abri de l’humidité et hors-sol : cela évite une prolifération bactérienne pouvant altérer le foin jusqu’à le rendre nocif (cas de botulisme notamment, mais aussi autres conséquences liées aux moisissures et mycotoxines). Le foin de première ou de deuxième coupe peut ne pas avoir d’importance, car même un foin de première coupe peut être qualitatif s’il est récolté assez tôt.

Enfin, la pluie peut altérer le foin, qui perd de son apport énergétique. Sur la luzerne, elle sépare la feuille de la tige, ce qui entraîne une diminution de la qualité de l’aliment, devenu plus fibreux.


Pour savoir comment choisir son foin, il faut considérer l’état et les besoins énergétiques du cheval. Outre les apports des graminées et légumineuses, c’est surtout la récolte et le stockage qui sont déterminants dans la qualité du foin et pour s’en assurer, seule l’analyse est vraiment efficace.


Source : The Horse et l'Université agricole du Kentucky 

Ces articles pourraient également vous intéresser