Survivre aux catastrophes naturelles avec son cheval

Par Virginie Sowinski, le mercredi 27/09/2017 à 08h00

Ouragans, tempêtes, incendies, inondations, etc. Les catastrophes naturelles se multiplient sur l’ensemble de la planète. Que deviennent les chevaux dans pareille situation ? Pour ne pas les laisser, livrés à eux-mêmes, voici quelques conseils de survie.

Image title

Pour le cheval

Avant tout, vérifiez que le cheval est à jour de ses vaccins, afin de pouvoir le transporter dans une autre écurie si nécessaire.

Mettez ses papiers dans une pochette imperméable et gardez-les à portée de main. Pour plus de sécurité, il est conseillé de faire des photocopies et de les confier à un ami ou un membre de la famille vivant dans une autre localité.

En plus de la puce électronique d’identification, mettez une étiquette autour de la queue du cheval (comme les étiquettes d’aéroport) avec votre nom, adresse et numéro de téléphone. Certains propriétaires utilisent même une peinture non toxique pour marquer l’animal à même le poil.

Préparez aussi une trousse de secours pour votre cheval et mettez-la à l’abri dans une pochette ou contenant étanche.

 

Vous devez évacuer

Le plan de secours ne doit pas se prévoir au dernier moment. Organisez-vous à l’avance.

Si votre habitation est en zone à risques, contactez les structures alentours qui seraient, elles, à l’abri (hors zones boisées, hors zone inondable). Faites-le avant l’alerte, pour vous assurer une place lors d’une éventuelle évacuation en urgence. Veillez à ce que ces établissements puissent vous accueillir avant les saisons à risques, en renouvelant vos demandes chaque année.

Enfin, lorsque les situations à risques sont prévisibles (ouragan, fortes pluies causant des inondations), évacuez les lieux 72 h à l’avance afin de ne pas vous retrouver bloqué, soit par les intempéries, soit par une circulation dense de personnes en exil.

Considérez l’endroit où vos chevaux sont détenus : lignes électriques, rivière à proximité, arbres susceptibles de tomber, etc. afin de définir le degré de sécurité du lieu. Pour éviter les noyades, les chevaux logés à des endroits où les crues sont rapides devraient être évacués systématiquement.


Restez, préparez le siège

En cas d’incendie, l’évacuation est nécessaire. Cependant, en cas de tornade ou d’inondation certaines écuries sont assez solides ou en hauteur pour tenir le choc face aux forces de la nature.

Votre habitation n’est pas en zones à risques, ou vous avez des structures conséquentes pour mettre vos chevaux à l’abri : voici les conseils pour tenir le siège.

Plusieurs jours avant, débarrassez-vous des débris ou objets divers qui trainent sur votre propriété et qui pourraient être entraînés par le vent ou les eaux. Composez un stock de foin pour environ 2 semaines et stockez-le bien emballé et en hauteur, protégé de l’humidité tout en demeurant accessible. Faites pareil pour l’eau. Remplissez des bidons d’eau et couvrez-les. Cela peut paraître étrange en période de crue, mais lors d’inondations, l’eau peut être souillée, contaminée.

Prévoyez aussi un générateur de secours, un stock de lampes de poche.

Si vous le pouvez, stockez à portée et à l’abri (grenier par exemple) des outils, scies, et du carburant, qui pourraient vous être utiles une fois passée la tempête.


Les temps changent, nos réflexes doivent évoluer aussi. Nous sommes aujourd’hui conscients des menaces qui nous guettent, faisons en sorte de les prévoir et d’y faire face, pour notre survie et celle de nos chevaux.



Source : Louisiana State Animal Response Team / The Horse

Ces articles pourraient également vous intéresser