Un vaccin pour protéger les chevaux contre la maladie de Lyme

Par Virginie Sowinski, le jeudi 29/10/2015 à 08h00

La maladie de Lyme est une maladie grave se traduisant par un abattement, de la fièvre et d’éventuelles boiteries et raideurs musculaires. Elle est causée par la bactérie Borellia burgdorferi et transmise par les tiques. Jusqu’à présent aucun vaccin équin spécifique n’existait, mais une nouvelle étude va peut-être ouvrir la voie.

Vaccin contre la maladie de Lyme pour le cheval

Certains vétérinaires utilisent un vaccin pour chien dans les zones touchées par la maladie de Lyme. Mais, d’une espèce à l’autre, est-ce efficace ? Les résultats d’une étude récente ont été révélés lors du 14e Congrès de l’Association Vétérinaire Équine, qui s’est déroulé début octobre au Mexique.

Pour déterminer si le vaccin contre la maladie de Lyme destiné aux chiens était aussi efficace sur les chevaux, les chercheurs ont fait 3 groupes de chevaux et on inoculé le vaccin à deux d’entre eux :

  • - dans le premier groupe, les chevaux ont reçu une dose minime du vaccin (1,2 ml) ;
  • - dans le deuxième groupe, les chevaux ont reçu une dose plus conséquente de vaccin (2 ml) ;
  • - enfin, dans le 3e groupe, 3 chevaux ne recevaient aucun vaccin et servaient d’individus témoins.


Les chevaux des deux premiers groupes ont été vaccinés à J0, J+22 et J+226 (soit sept mois et demi après). Les chercheurs ont ensuite réalisé des prises de sang pour comparer le niveau d’anticorps.

Les résultats montrent que le niveau d’anticorps augmente bel et bien après vaccination, sans que l’âge, le sexe ou l’alimentation de l’animal ne fasse varier les taux. Plus surprenant encore, la quantité de vaccin ne semble pas avoir d’incidence sur le niveau d’anticorps, une petite dose étant aussi efficace qu’une dose plus conséquente.


En conclusion, le vaccin canin contre la maladie de Lyme appliqué aux chevaux est bel et bien efficace. Les vétérinaires peuvent donc l’utiliser pour les équidés vivant dans les zones à risques. Ces derniers seraient alors protégés pendant 6 mois, avant qu’un rappel soit nécessaire.



Source : The Horse - Guide to Equine Health Care

Ces articles pourraient également vous intéresser