Et si l’alimentation de votre cheval avait un impact sur son comportement ?

Par Virginie Sowinski, le mardi 03/11/2015 à 08h00

« Dis-moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es. » Une étude parue en octobre 2015 tend à démontrer que l’alimentation peut avoir une incidence sur le comportement des chevaux : une conclusion qui pourrait pousser les propriétaires à s’interroger sur la bonne alimentation de leur cheval et sur sa santé digestive lorsque l’animal se montre hypervigilant (plus grande nervosité).

l'alimentation du cheval peut changer son comportement

Le système digestif du cheval est peuplé d’une multitude de micro-organismes, des bactéries, qui permettent la bonne assimilation des nutriments contenus dans les fourrages. Chaque type de bactérie a sa propre utilité et le pourcentage de chaque population dans le système digestif dépend du type d’alimentation de l’animal.

Pour cette étude, six chevaux ont été suivis pendant huit semaines et ont subi une modification de leur alimentation ainsi que des tests de comportement.

Durant les trois premières semaines, les chevaux ont été nourris exclusivement au foin de prairie. Puis, progressivement, ce fourrage n’a plus constitué que 57 % de la ration, le reste étant complété par de l’orge. Une alimentation déséquilibrée puisqu’elle fournit un apport trop important en amidon. Pour évaluer l’évolution comportementale, les chercheurs ont observé les chevaux sur les deux périodes, avec un test de sociabilité (nouvel arrivant dans l’écurie) et un test de néophobie (nouvel objet dans l’environnement).

Il fut ainsi possible d’étudier parallèlement la modification des populations bactériennes du système digestif et les modifications du comportement de l’animal, en fonction de la composition des repas.

Conclusion : les chercheurs ont pu constater un déséquilibre de l’écosystème digestif lors du changement alimentaire (forte concentration de bactéries amylolytiques s’attaquant à l’amidon de l’orge) ainsi qu’une augmentation de la vigilance du cheval (inquiet, sur l’œil).


Il semble donc qu’il y ait bel et bien un lien entre la modification de la population bactérienne de la flore intestinale et une variation du comportement, sans que l’on ne comprenne encore les processus biologiques impliqués dans cette relation. Des recherches plus poussées devraient être menées pour arriver à mieux comprendre le phénomène. Cependant, les premiers résultats sont très intéressants : observer l’état de vigilance d’un cheval pourrait aider à suspecter plus facilement un trouble digestif, sans examen traumatique et invasif.




Source : Alexandra Destrez, Pauline Grimm, Frank Cézilly, Véronique Julliand, Changes of the hindgut microbiota due to high-starch diet can be associated with behavioral stress response in horses, Physiology & Behavior, oct. 2015.

Ces articles pourraient également vous intéresser