Poule de compagnie : comment bien s’en occuper ?

Par Virginie Sowinski, le jeudi 01/06/2017 à 23h13

Longtemps perçue exclusivement comme un animal de rente, la poule est aujourd’hui considérée par certains comme un animal de compagnie. L’occasion pour l’Homme de chercher à mieux comprendre les gallinacés et de leur offrir une vie dans des conditions respectant leurs besoins physiologiques.

Les conseils pour s'occuper d'une poule

De quoi a besoin une poule ?

La poule est un animal social et ne devrait pas vivre seule. Il est donc conseillé aux personnes qui souhaiteraient se lancer dans l’aventure d’en adopter au moins deux, en prévoyant de leur allouer 20 à 40 m2 de terrain (il faudrait entre 10 et 20 m2 par oiseau). Une surface nécessaire si l’on souhaite conserver un espace vert qui permettrait dans le même temps aux poules de se déplacer, de gratter, de picorer. Des arbustes font d’excellentes cachettes et procurent des zones d’ombre. Ils abritent également des insectes dont peuvent se nourrir les poules.

Ces dernières aiment également se rouler dans la poussière. Pour cela, elles creusent des trous dans la terre, mais, si vous souhaitez éviter ce genre de désagréments, vous pouvez leur installer des bacs à sable prévus à cet effet.

Sécurisez l’espace de vos poules, avec des clôtures hautes de 1 à 2m selon les races, afin d’éviter qu’elles ne s’échappent et de les préserver d’éventuelles attaques de prédateurs.

Le poulailler est indispensable : c’est un refuge, une zone de repos, de ponte. Fermé, c’est un obstacle de plus contre les prédateurs. Il se compose de deux espaces, dont un en hauteur muni d’un perchoir (entre 18 et 25 cm par poule) et d’un nid de paille ou de foin. L'étage devrait être nettoyé quotidiennement alors que la litière au sol pourrait l’être une fois par semaine.


Que mange une poule ?

Des graines, des plantes, des insectes, des restes de repas (viande et poisson compris), des épluchures, des fruits et légumes, etc. La poule est omnivore. On conseille ainsi de donner 100 à 150 g de granulés complets par jour, avec 30 g de céréales donnés le soir. Les autres aliments et restes sont donnés en compléments, ainsi que du gravier s’il n’est pas naturellement présent dans l’enclos. Une alimentation déséquilibrée peut entraîner des problèmes de santé.


Une poule, des œufs

Une poule pond en moyenne 100 à 200 œufs par an, avec des périodes plus fructueuses que d’autres (influence de la luminosité et de la durée des jours sur la ponte, du stress, de l’âge). Les poules pondent même si l’œuf n’est pas fécondé, cependant il est possible d’espacer les pontes en mettant des œufs factices dans les nids pour inciter la poule à couver. Cela limite ainsi sa fatigue et évite une surproduction pour les personnes qui ne seraient pas intéressées par leur consommation.


Comment reconnaître une poule malade ?

Comme souvent chez l’animal malade, la poule s’isole, semble affaiblie. Elle reste en boule, ébouriffée, soit le bec dans le plumage, les yeux entre-ouverts, soit le bec vers le sol.

Toute modification du comportement ou de l’état général* de l’animal doit conduire à une consultation vétérinaire.


Où trouver des poules ?

Comme a pu le montrer l’association L214en dévoilant les conditions de vie des poules pondeuses dans un élevage en batterie, toutes les poules ne sont pas heureuses.

Au même titre que les autres animaux de compagnie, nous conseillons donc d’offrir une seconde chance à une poule dont le passé a été sordide et l’avenir pourrait être funeste.

En cliquant ici, vous trouverez la liste des élevages en France qui proposent aux particuliers de récupérer des poules réformées.


Source : 

- ASV - Le Point Vétérinaire

*La perte des plumes (hors picage) est normale chez la poule, qui mue

Ces articles pourraient également vous intéresser