Votre cheval est au pré avec d'autres ? Mieux vaut le déferrer

Par Virginie Sowinski, le jeudi 25/05/2017 à 08h00

Pour les adeptes du cheval pieds nus, ce n’est pas une révélation : il y a moins de risques pour des chevaux sans fers de se blesser au pré que des chevaux ferrés. Cependant, si cela paraît logique, rien jusqu’à présent ne le démontrait. C’est pour cela que des chercheurs suisses se sont penchés sur les atteintes causées par un coup de pied ferré, en boots ou encore pied nu sur les os du tibia et du radius des chevaux.

Chevaux ferrés au pré, les risques de blessures

Si donner un coup de pied fait partie des comportements naturels du cheval, l’acte a des conséquences pour l’opposant : selon la localisation, on constate des hématomes, lésions musculaires, tendineuses, ligamentaires, plaies cutanées, etc., mais dans la nature, les atteintes sont rarement graves.

Pourtant, 74 % des fractures incomplètes (fêlures) du radius et du tibia chez le cheval, constatées en clinique universitaire, seraient le fait d’un coup de pied d’un autre cheval. *

Une étude expérimentale suisse**, présentée le 6 avril 2017 à la réunion annuelle du Réseau de recherche équine en Suisse, s’est alors intéressée à l’implication du ferrage dans les blessures causées par un coup (tous traumatismes osseux confondus). À l’aide d’une machine alternativement équipée d’un fer en aluminium, en acier, d’une chaussure (boots) et d’un sabot nu, ils ont reproduit les chocs sur 32 tibias et 32 radius (os de chevaux décédés).

Avec cette simulation (à une vitesse de 8 mètres/sec), un coup porté par un cheval ferré avec des fers en aluminium entraînerait des lésions osseuses sur le radius ou le tibia dans 81 % des cas et dans 75 % des cas pour les chevaux portant des fers en acier.
Aucune lésion n’a été rapportée à cette vitesse pour les chevaux pieds nus ou ceux portant des boots, l’effet ne se faisant sentir qu’avec un choc plus puissant (vitesse de 13 mètres /sec). On observe alors une atteinte osseuse dans 25 % des cas lorsque les chevaux portent des boots et 12,5 % des cas pour les chevaux pieds nus.

Ces chiffres pourraient expliquer pourquoi il y a peu de lésions graves lors d’altercations chez les chevaux sauvages (qui sont, bien sûr, sans fers), alors que la majorité des fractures et fêlures recensées en clinique seraient paradoxalement dues à des coups de sabot.


Des résultats qui devraient inciter propriétaires et gérants de structures équestres à éviter de mettre ensemble dans un pré des chevaux portant des fers. Il conviendrait au moins de les déferrer à l’arrière si la mise au pieds nus ne pouvait être envisagée. Une précaution moindre quand on connaît les difficultés de gestion et de guérison du cheval présentant une fracture ainsi que les risques de décès associés. En effet, une étude menée de 2000 à 2010 annonçait que 21,5 % des cas suivis avaient conduit à une euthanasie.***.



Sources et références :

* Derungs S, Fuerst A, Haas C, Geissbuhler U, Auer JA. Fissure fractures of the radius and tibia in 23 horses: A retrospective study. Equine Vet Educ. 2001;13:313–318.

** M. Sprick, A. Fürst, F. Baschnagel, S. Michel, G. Piskoty, S. Hartnack, M. Jackson, Influence du ferrage sur les blessures dues à un coup chez les chevaux – Un essai expérimental, 12e réunion annuelle du Réseau de recherche équine en Suisse, 6 avril 2017.

*** Schroeder OE, Aceto HW, Boyle AG. A field study of kick injuries to the radius and tibia in 51 horses (2000–2010). The Canadian Veterinary Journal. 2013;54(3):271-275.

Ces articles pourraient également vous intéresser