Comment nourrir mon chat atteint d'une maladie du foie ?

Par Virginie Sowinski, le vendredi 19/05/2017 à 22h34

L’alimentation des animaux doit être adaptée à leur espèce (chien, chat), à leur état (santé, maladie), à leur évolution (croissance, âge, gestation). Qu’en est-il pour un chat atteint d’affection hépatique comme une lipidose ou une hépatite ? S’il peut y avoir trop de graisses dans le foie, il n’est pas forcément conseillé de fournir des repas pauvres en lipides.


Nourrir un chat atteint d'une affection hépatique


Les affections hépatiques sont souvent le fait d’excès de graisses (trop d’entrée, peu de sortie), dû à un régime trop riche et trop abondant, ou contenant trop de sucres rapides ou trop pauvres en acides gras essentiels ou insaturés (Omega-3), ou carencé en protéines. Paradoxalement, un régime trop drastique ou un animal qui arrêterait de s’alimenter du jour au lendemain peut entraîner une accumulation de graisses dans le foie par l’accélération de la dégradation des lipides de l’organisme.

Il ne faut donc pas penser qu’un régime chez le chat est la réponse adaptée à un foie surchargé en graisses. Il ne faut pas apporter moins, mais apporter mieux, différemment et toujours en fonction des besoins énergétiques et protéiques. Une carence en protéines, un amaigrissement rapide sont tant d’éléments pouvant favoriser l’apparition d’une stéatose hépatique.


Quelle alimentation pour le chat souffrant d’affection hépatique ?


  • Il convient de limiter l’apport en sucre de la ration, dans la limite de 61 à 73 g /Mcal.
  • Il est possible d’apporter des fibres (comme de la courgette cuite légèrement et coupée en dés de la taille d’une croquette)
  • Il ne faut pas diminuer l’apport en protéines, sauf en cas d’encéphalose. Pour tout autre problème hépatique, il convient d’en donner au moins 80 g/Mcal.
  • On peut donner un peu de fromage blanc et de yaourt, qui apportent bactéries pour le transit et acides aminés ramifiés, ces derniers ayant un niveau plus bas dans le cas d’insuffisance hépatique.
  • On peut donner des œufs cuits pour l’apport en protéines et pour favoriser la digestion des lipides.
  • Il convient d’apporter des acides gras insaturés. On donnera de l’huile de poisson ainsi que de l’huile végétale comme la bourrache et l’onagre pour les Omega-3, 6 et 9.
  • Proposer la nourriture plusieurs fois dans la journée, en fractionné.


  • L’alimentation du chat souffrant d’affection hépatique réside en une équation : un bon apport en protéines, mais pas en acides gras saturés (graisses animales), un complément en acides gras insaturés et des repas pauvres en glucides.



    Source : Charlotte Devaux, Croquettes ou pâtées ? 50 idées reçues en nurition du chien et du chat, Éditions Le Point Vétérinaire 

    Ces articles pourraient également vous intéresser