Omega-3 : soignez votre chien et votre chat par l'alimentation

Par Virginie Sowinski, le vendredi 12/05/2017 à 08h00

Au cœur de plusieurs études, les Omega-3 auraient des vertus dans la prévention et le traitement de certaines affections. Quels seraient les effets bénéfiques de ces acides gras sur la santé de votre animal ? Tour d’horizon des connaissances actuelles sur le sujet.

Bénéfices des Omega-3 chez le chien et le chat



Les Omega-3 que l’on retrouve dans l’huile de lin, de colza, de noix (acide a-linolénique), de poisson (acide docosahéxaénoïque – DHA) et même d’algue (DHA) ont des effets bénéfiques sur la santé et on peut les considérer comme des alicaments. En effet, ces acides gras permettraient de prévenir les maladies cardiovasculaires, les affections cutanées (pour une peau saine et un beau beau poil), l’asthme ou encore l’athérosclérose (dégénérescence des artères). Chez les jeunes, chiots et chatons, un apport en acides gras aide au développement du cerveau et de la vue. Par ailleurs, dans l’alimentation industrielle, le rapport entre Omega-6 et Omega-3 serait déséquilibré et un apport supplémentaire en Omega-3 conseillé.


Les effets positifs des Omega-3 polyinsaturés ne se limitent pas au préventif et sont aussi utilisés dans le traitement de certaines maladies. Depuis les années 1980, des études ont mis en évidence les propriétés anti-inflammatoires des acides gras, qui régulent la production de prostaglandine (acide gras insaturé produit par l’organisme et présent dans plusieurs organes) et de leucotriènes (lipides de la famille des eicosanoïdes), dont le leucotriène B4, qui est impliqué dans le processus d’inflammation.

Chez le chien atopique, souffrant de problèmes de peau et de démangeaisons, une supplémentation réduirait le prurit et les lésions après 2 mois de consommation. Une étude publiée en 2001* suggère que la supplémentation devrait toujours durer au moins 3 mois avec une phase de retrait de 3 à 6 mois.

Les bénéfices ont également été avérés dans la cicatrisation des plaies**, le traitement de maladies orthopédiques (boiteries comprises)***, gastro-intestinales**** ou rénales*****. Lorsque les acides gras sont utilisés pour aider à la guérison, la quantité journalière varierait de 56 mg/kg à 220 mg/kg, les quantités les plus élevées étant utilisées pour les patients ayant du cholestérol (hypertriglycéridémie) et les quantités plus faibles pour toutes les affections inflammatoires, rénales ou cardiaques.******

Enfin, même si les acides gras peuvent être une alternative naturelle aux anti-inflammatoires médicamenteux, il convient de demander conseil à votre vétérinaire concernant les apports, car les Omega-3 peuvent également avoir des effets indésirables, notamment ceux issus de l’huile de poisson. Une supplémentation peut ainsi potentiellement avoir pour conséquence une baisse de l’immunité avec altération des plaquettes, une exposition aux métaux lourds (mercure), une augmentation du plasma avec diminution de la vitamine E, des vomissements, diarrhées, une inflammation du pancréas ou encore une prise de poids.


Sources et références :

* Thierry Olivry, Rosanna Marsella, Andrew Hillier, The ACVD task force on canine atopic dermatitis (XXIII): are essential fatty acids effective ?, Vet. Immunology & Immunopathology, Volume 81, Issues 3–4, 20 September 2001, Pages 347–362

** Mooney MA, Vaughn DM, Reinhart GA, Powers RD, Wright JC, Hoffman CE, Swaim SF, Baker HJ., Evaluation of the effects of omega-3 fatty acid-containing diets on the inflammatory stage of wound healing in dogs., Am J Vet Res. 1998 Jul;59(7):859-63.

*** Roush JK, Dodd CE, Fritsch DA, et al. Multicenter veterinary practice assessment of the effects of omega-3 fatty acids on osteoarthritis in dogs.J Am Vet Med Assoc2010;236:59–66.

**** Hickman MA. Interventional nutrition for gastrointestinal disease. Clin Tech Small Anim Pract1998;13:211–216.

***** Brown SA, Brown CA, Crowell WA, et al. Beneficial effects of chronic administration of dietary omega-3 polyunsaturated fatty acids in dogs with renal insufficiency. J Lab Clin Med 1998;131:447–455.

****** Lenox, C.E. and Bauer, J.E. (2013), Potential Adverse Effects of Omega-3 Fatty Acids in Dogs and Cats. J Vet Intern Med, 27: 217–226. doi:10.1111/jvim.12033

Ces articles pourraient également vous intéresser