Crottes molles et odorantes chez le lapin : faut-il s'inquiéter ?

Par Marie Mercier, le vendredi 17/07/2015 à 08h00

Caecotrophes - © Marie MERCIER

Vous avez sans doute remarqué que les lapins ont tendance à faire de petites crottes individuelles noires, rondes et dures. Cependant, il leur arrive de faire des crottes bien différentes, facilement repérables à l’odeur, agglomérées et d’aspect mou.

Votre lapin est-il malade ? Soigner-son-animal va vous rassurer en vous expliquant pourquoi ce phénomène est naturel, et de quelle manière il peut vous renseigner sur la qualité de l'alimentation distribuée.


Pourquoi ces crottes molles et odorantes chez le lapin ?

Ces fameuses crottes odorantes qui se présentent en grappes molles et brillantes, ce sont les caecotrophes. Leur fabrication est tout à fait normale, et possède l’intLapin mangeant ses caecotrophes - © Marie MERCIERérêt d’exploiter au mieux l’alimentation du lapin.

Il faut garder en tête qu’à l’état sauvage, le lapin se nourrit en continu d’herbacées plutôt pauvres, et doit en optimiser leur assimilation au maximum.

Les caecotrophes ne possèdent donc pas la même consistance que les crottes fibreuses habituelles, car elles sont un concentré de protéines, vitamines et acides gras facilement assimilables lors d’une seconde digestion. C’est pour cela que leur odeur est si particulière ! Le lapin est amené à manger ses caecotrophes, un comportement discret, tout à fait normal, qu’il ne faut pas empêcher.


Des crottes assurées par un organe performant, le caecum !

Les lapins sont des herbivores qui, à l’état naturel, mangent tout au long de la journée. Cette alimentation s’accompagne de déjections fibreuses, proches de celles des chèvres et des moutons. Mais à la différence de ces derniers, les lapins sont des monogastriques, c’est-à-dire qu’ils n’ont qu’un estomac et qu’ils ne ruminent pas, ce qui leur permettrait pourtant de digérer plusieurs fois leur nourriture pour en extraire leur plein potentiel.

Leur digestion est donc plus courte (5h environ) et doit alors être optimisée par un organe performant : le caecum (grosse portion de colon qui assure la dégradation des fibres récalcitrantes, grâce à une flore abondante), d’où les fameux caecotrophes !


La présence de caecotrophes : un facteur de santé

L’alimentation du lapin de compagnie n’est pas adaptée au système digestif du lapin sauvage. En effet, celui-ci est amené à parcourir de grandes distances pour récolter une nourriture souvent pauvre, loin des portions de granulés toutes prêtes et du foin bien gras que nous distribuons à nos petits compagnons sédentaires. Il est donc important de surveiller la présence de ces crottes. Elles renseignent sur la qualité et la quantité d’aliments distribués à votre lapin. Une alimentation trop riche mènera à une production excessive de caecotrophes que le lapin finira par délaisser au lieu de les ingérer. Il est donc important pour nos petits lagomorphes de privilégier des fourrages de qualité et de donner des portions de granulés de qualité en quantité raisonnée.

Enfin sachez que la moindre modification des crottes (diarrhées par exemple à ne pas confondre avec les caecotrophes) est un signal d'alerte à prendre en compte sérieusement chez le lapin, et peut être signe de maladie. Soyez attentif !


Crédit photos Marie MERCIER

Ces articles pourraient également vous intéresser