L’urine de mon lapin est foncée ou rouge... Dois-je m’inquiéter ?

Par Virginie Sowinski, le mercredi 19/10/2016 à 08h00

La consultation vétérinaire pour une urine foncée ou une hématurie (présence de sang dans les mictions) est très fréquente... et elle est légitime, car ce symptôme peut être le signe d’une urgence médicale chez le lapin. Il est donc impératif, si vous avez le moindre doute, de consulter au plus vite votre praticien.

Mon lapin a les urines foncées ou avec du sang, dois-je m'inquiéter ?

D’où vient cette urine foncée ?

L’hématurie peut être le signe de plusieurs affections.

Le lapin a naturellement des urines colorées, dont la teinte varie du jaune à l’orange, parfois au rouge. Ce phénomène, qu’on appelle porphyrinurie physiologique, peut donc être normal et survenir lors de la prise de médicaments ou à la suite de la consommation de certains légumes ou plantes, comme le brocoli, le pissenlit, la carotte, le chou, les épinards ou encore la betterave. Il n'y a rien de grave et généralement, les couleurs redeviennent normales après quelques jours.

Cependant, il est important de ne pas attendre ce délai, car une urine rougie peut aussi être le signe d’une infection urinaire (avec ou sans calcul), voire d’un adénocarcinome (tumeur) de l’utérus chez la lapine. Ces dernières affections doivent être prises en charge en urgence.


Comment savoir de quoi souffre mon lapin ?

Avant tout examen ou analyse, l’étude du profil du lapin peut apporter des indices sur l’origine du mal. Ainsi, un lapin ou une lapine stérilisé(e) aura certainement un trouble urinaire plutôt que génital. L’âge est également important et si un jeune lapin a plus de chance de souffrir de calculs urinaires, une lapine d’un certain âge est plus facilement soupçonnée de développer une tumeur utérine. En parallèle, le vétérinaire vous demandera quel est le quotidien de l'animal : son mode de vie, son alimentation, sa litière, ses sorties pourront également lui donner des pistes.

Par ailleurs, si le lapin cesse de manger, urine très souvent en petites quantités et semble en souffrir, on penchera plutôt pour une affection urinaire. 

Si le lapin arrête de manger et adopte la position du prieur (couché, pattes avant tendues et arrière-train un peu relevé), le vétérinaire penchera certainement plus pour une douleur abdominale. La palpation permettra par la suite de déceler une éventuelle grosseur.

Analyses urinaire et sanguine, culture, radiographie pourront confirmer l’hypothèse diagnostique déjà soulevée par votre professionnel de santé lors de l’examen clinique.


D’autres maladies, moins courantes, peuvent se traduire par du sang dans les urines : polypes, rupture d’anévrisme de l’endomètre, métrite, fausse couche, etc. Quelle que soit la cause de l’hématurie, plus vite vous régirez et moins le traitement sera lourd. Un lapin pris en charge tard par le vétérinaire sera affaibli et devra certainement être hospitalisé avec des traitements plus conséquents.

Si votre lapin a des urines très foncées, on ne sait jamais, n’attendez pas pour consulter !


Source : La Semaine Vétérinaire 

Ces articles pourraient également vous intéresser