Pourquoi vermifuger son cheval ?

Par Marie Mercier, le samedi 30/05/2015 à 08h00


Vermifugation cheval © - Marie MERCIER


La vermifugation fait partie des soins courants aux chevaux. Souvent effectuée aux changements de saisons, à quoi sert-elle réellement ? Votre cheval est-il concerné ? À quels parasites avez-vous affaire ? Soigner-son-animal répond aux questions que se pose tout propriétaire de cheval.


Qu’est-ce qu’un vermifuge ?

Un vermifuge est une molécule susceptible de repousser la présence d’un organisme parasitaire, soit en modifiant sa capacité d’adaptation au milieu (en le rendant suffisamment hostile pour qu’il cherche à s’en défaire), soit en attaquant directement l’organisme.


Quels sont les  parasites chez le cheval ?

Nous avons affaire à des parasites, c’est-à-dire une classe d’organismes vivants à l’intérieur et aux dépens d’un autre. Un parasitisme qui crée des effets dommageables plus ou moins indirects à court et moyen terme.

Il y’a chez le cheval globalement 3 grandes classes de parasites, et une multitude d’espèces associées :

  • - Les VERS PLATS (Ténia) ;
  • - Les VERS RONDS (Ascaris, Oxyures, grands et petits Strongles) ;
  • - Les INSECTES (Gastérophiles).

Ce sont principalement des organismes qui se logent dans les intestins du cheval entraînant chez lui de nombreux troubles de la santé.


Quels problèmes de santé les parasites peuvent-ils  entraîner chez le cheval ?

Les problèmes de santé occasionnés par les parasites dépendent du degré d’infestation de l’animal, de son état sanitaire, de sa résistance individuelle, etc. Mais, globalement, les vers étant localisés dans l’ensemble de l’appareil digestif, le risque majeur est le déclenchement de coliques, voire d’endotoxémie (intoxication généralisée), pouvant entraîner par la suite le décès de l’animal.


Comment les infestations par les parasites sont-elles possibles chez le cheval ?

À l’heure actuelle, la raison majeure reste la détention des chevaux. Pour des raisons pratiques, ils sont parqués dans des structures avec plus ou moins de pâtures. Cette concentration cause des soucis de surpâturages et favorise le développement des parasites internes et la réinfestation des  animaux.


Comment savoir si mon cheval est infesté par des parasites ?

La majorité des chevaux possède des vers. Ils leur sont transmis malgré eux dès le plus jeune âge par la mère via la barrière placentaire ou le lait. 

Avoir un cheval exempt de parasite devient dès lors chose difficile, mais on peut vérifier certains signes discrets et assez caractéristiques : le poil (piqué, terne, parfois rêche), le corps (ballonné, avec les côtes apparentes), l’état général (souvent maigre), la digestion (coliques sourdes, diarrhées), les crottins (dans certains cas on peut observer directement les vers dedans), la queue (avec poils arrachés à cause des démangeaisons).


Comment agir pour limiter les risques d’infestation parasitaire chez le cheval ?

Il est important de respecter les cycles de vers et de vermifuger en conséquence, d’être rigoureux dans les traitements, de bien varier les molécules (afin d’avoir une bonne couverture et de limiter les résistancesHaras du Turel © - Marie MERCIER) et de vermifuger tous les chevaux en même temps. Il peut être intéressant de réaliser des coproscopies de contrôle de temps en temps (même si leur fiabilité peut être limitée dans les cas de résultats négatifs), pour ajuster la vermifugation.

Il faut veiller à bien déparasiter les femelles gestantes si l’on fait de l’élevage et faire attention à installer un vrai protocole pour les poulains dès leur plus jeune âge.

Enfin, il est primordial de bien gérer les pâtures : limiter le surpâturage et la concentration des chevaux sur un même espace, effectuer des rotations régulières, ramasser les crottins des paddocks, refaire les pâtures complètement, broyer et herser l’été pour exposer les larves des crottins, voire faire pâturer avec d’autres animaux pour casser les cycles parasitaires.


L'importance de vermifuger son cheval

Le parasitisme est un réel souci de santé à ne pas prendre à la légère, qui peut affecter l’état général du cheval jusqu’à conduire à sa mort. Tous les chevaux sont touchés, il est donc important de mettre en place une vermifugation adaptée en parallèle d’une gestion raisonnée des pâtures.


Crédit photos Marie MERCIER

Ces articles pourraient également vous intéresser