7 conseils essentiels du quotidien pour garder son chat en bonne santé

Par Virginie Sowinski, le vendredi 06/05/2016 à 08h00

En 2014, on dénombrait 12,7 millions de chats dans les foyers français, une augmentation de près de 11 % par rapport à 2012*. Un chiffre à double tranchant, car si l’engouement pour les félins augmente, c’est aussi un animal qui est souvent apprécié pour son côté indépendant et qui serait aussi moins suivi pour sa santé et plus facilement abandonné. Voici donc les recommandations simples pour un chat en bonne santé.

7 conseils pour un chat en bonne santé

Conseil n°1

Si vous adoptez votre premier chat, les précautions seront différentes d’une adoption d’un animal qui devra rejoindre un groupe déjà établi. C’est une erreur qui est souvent faite : les gens pensent qu’ils peuvent adopter un nouveau chat et l’intégrer facilement à ceux qu’ils possèdent déjà. Or, il y a plusieurs paramètres à prendre en compte. Si vous adoptez un chat sans en connaître l’origine (animal errant), il est impératif d’observer une quarantaine, dans une pièce séparée avec des règles d’hygiène strictes. Si l’animal était malade, il pourrait contaminer votre population de chats et certaines affections sont mortelles et incurables. Évitez donc tout contact entre vos animaux et emmenez le nouveau venu chez le vétérinaire.

Les chats sont des animaux territoriaux, il est souvent nécessaire de procéder à une phase d’intégration plus ou moins longue, parfois aidée par la pulvérisation de phéromones. L’acceptation du nouveau venu dépend beaucoup du caractère des chats, mais les intégrations devraient toujours être respectées pour éviter des bagarres, blessures et un stress général des animaux. N’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire


Conseil n°2

Limitez l’apport de nourriture sèche (croquettes). Cette alimentation contient des carbohydrates, réputés pour causer des diabètes de type 2 et de l’obésité, notamment chez les chats d’appartement, qui se dépensent moins. Par ailleurs, contrairement aux chiens, les chats consomment une partie de l’apport hydrique quotidien au travers de leur nourriture : leur fournir une alimentation humide et pas uniquement sèche augmente leur consommation journalière d’eau pour une meilleure santé.


Conseil n°3

Apprenez à évaluer approximativement les quantités d’eau bues par jour, ainsi que le volume des urines. Avec l’âge, les chats développent facilement des diabètes, des syndromes urologiques, des calculs et autres affections rénales, des maladies endocriniennes pouvant avoir une influence sur la polyurie (augmentation du volume des urines) et la polydipsie (augmentation de la prise de boisson), comme l’hyperthyroïdie. En connaissant les habitudes de consommation d’eau et de miction (urine) de votre chat, vous pourrez vous rendre compte de tout changement et vous rendre plus rapidement chez le vétérinaire pour en déterminer l’origine.

Nota Bene : Avant de conclure hâtivement à un problème comportemental chez un chat qui urinerait à divers endroits de la maison, assurez-vous qu’il ne s’agisse pas d’un problème médical.


Conseil n°4

Proposez autant de litières qu’il y a de chats dans votre logement et nettoyez-les quotidiennement. Une litière souillée peut coller aux pattes et être ingérée lors du toilettage. Une litière sale et odorante peut aussi provoquer de l’asthme chez certains félins.


Conseil n°5

Brossez votre chat tous les jours. Bien sûr, cela entretient le lien entre le propriétaire et son animal, mais ça élimine surtout les excédents de poils qui pourraient être avalés et causer des « boules de poils » (constipation, voire occlusion). De plus, manipuler votre chat quotidiennement vous permettra de constater d’éventuelles blessures, grosseurs, ou toute autre anomalie révélée au toucher et invisible à l’œil nu et qui mériterait d’être montrée à un vétérinaire.


Conseil n°6

Faites stériliser votre chat. Chez le mâle, de nombreuses blessures et visites chez le vétérinaire résultent de bagarres pour les femelles. Il a également tendance à marquer son territoire avec une urine à l’odeur plus forte.

Chez la femelle, c’est indispensable pour éviter la surpopulation. Les refuges sont plein, et de nombreux chatons sont abandonnés chaque année parce que des femelles non stérilisées sont laissées libres et se reproduisent...Non, un chat domestique ne peut se débrouiller seul dans la nature. Les chats errants sont souvent aidés par de bonnes âmes qui les nourrissent et qui n’ont pas à assumer le manque de responsabilisation des autres.

La stérilisation chez la chatte est d’autant plus conseillée qu’elle est sujette à développer des tumeurs mammaires avec l’âge.


Conseil n°7

Pensez à faire vacciner votre chat ! Si le risque est presque nul en appartement, les chats qui ont la possibilité de sortir sont particulièrement exposés à des maladies comme la FeLV ou la FIV. Un danger réel, pour des maladies graves et potentiellement mortelles. Évaluez le risque en fonction de votre situation et prenez la décision adéquate pour la santé de votre chat.



* Enquête FACCO/TNS SOFRES menée en automne 2014

Source : Dr Sheila Fitzpatrick, vétérinaire et propriétaire de The Animal Hospital Center (USA), pour VailDaily

Ces articles pourraient également vous intéresser