Pourquoi le cheval peut-il faire une fourbure quand il est à l’herbe ?

Par Virginie Sowinski, le mercredi 06/04/2016 à 08h00

C’est beau un cheval broutant dans un pré verdoyant. L’herbe grasse du printemps peut toutefois avoir une incidence négative sur la santé des équidés et déclencher une fourbure. Comment cela est-il possible ? Explications.

Comment le cheval attrape-t-il une fourbure au pré ?

Comme tout être vivant, l’intestin des équidés est peuplé de bactéries et autres micro-organismes. Lorsque ces populations sont équilibrées, elles favorisent le bon fonctionnement digestif de l’animal. Les lactobacilles et streptocoques sont ceux qui s’attellent à la digestion des glucides de l’alimentation (fructanes contenues dans l’herbe, amidon contenu dans les céréales).

Or, au printemps, le niveau de fructane explose dans les plantes vertes (avec l’augmentation de la photosynthèse).

Les populations intestinales de lactobacilles et de streptocoques se multiplient pour gérer l’afflux et leur activité produit du lactate. Normalement, d’autres bactéries le dissolvent, mais, lorsqu’il y en a trop dans l’organisme, le pH intestinal change et ces bactéries utiles ne peuvent pas se développer. C’est l’acidose intestinale.

On constate alors une forte chute du pH et une altération des bactéries, qui libèrent des toxines. Ces dernières, en voyageant dans le sang, vont au-delà de l’intestin et provoquent notamment une inflammation et un bouleversement de la circulation sanguine du pied : c’est la fourbure.


Elle se manifeste généralement 8 à 12 heures après la surconsommation alimentaire, d’herbe ou de granulés (représentant 10 % des cas de fourbures).


Source : Pratique Vétérinaire Équine - Fiche pratique 

Ces articles pourraient également vous intéresser