Les conseils pour nourrir un cheval âgé et amaigri

Par Virginie Sowinski, le mardi 23/02/2016 à 08h00

Les vieux chevaux sont particulièrement difficiles à maintenir en bonne condition : en avançant dans l’âge, ils ont tendance à perdre de l’état, à maigrir, jusqu’à être confondus, parfois, avec des chevaux maltraités. Pour le propriétaire, c’est un casse-tête, car nourrir suffisamment son cheval n’est pas la garantie qu’il maintienne son poids de forme. Comment faire ? Voici les conseils pour maintenir le cheval sénior en bonne santé.

Nourrir le cheval âgé et maigre

L’amaigrissement du cheval âgé est un sujet récurrent qui a récemment été abordé à la convention de l’association américaine des vétérinaires équins. 

Tout au long de leur vie, les chevaux se maintiennent en bonne forme physique simplement en consommant des fourrages en quantité, même si ces derniers sont de qualité moyenne. Avec l’âge, cette alimentation n’est plus aussi bien assimilée, soit à cause d’une mauvaise dentition, soit simplement à cause d’une moins bonne absorption des calories par un organisme au fonctionnement vieillissant. La douleur chronique peut également avoir un effet sur l’appétit et la prise de poids.

Par ailleurs, le système immunitaire des chevaux âgés est affaibli et ils souffrent souvent d’un état inflammatoire permanent et douloureux. Une combinaison de facteurs qui favorise les maladies et les infections et augmente le risque de mortalité.


Dans ces conditions, voici quelques conseils pour la gestion du cheval âgé :


  • Offrez à votre cheval des fourrages de meilleure qualité, plus riches en énergie, comme de la luzerne. Si cela ne suffit pas, vous pouvez fournir un complément spécial sénior, riche en fibres et en lipides.
  • Si le cheval a une mauvaise dentition (il recrache des boules de foin en partie mâchées), remplacez les fourrages par une alimentation complète détrempée dans de l’eau tiède.
  • Ajoutez à son alimentation des prébiotiques (levure fermentée), qui ont des vertus anti-inflammatoires.
  • Pour les chevaux atteints d’un syndrome de Cushing, fournir une alimentation plus riche en acides aminés (contenus dans les protéines) pour éviter la fonte musculaire.

  • La maigreur chez le cheval âgé est fréquente, mais ce n’est pas une fatalité : en changeant les habitudes de soins et d’alimentation, un rétablissement de l’état est possible.



    Source : The Horse - Compte-rendu de l'American Association of Equine Practitioners Convention de 2015.

    Ces articles pourraient également vous intéresser