Quel est l’intérêt de la castration chez les mâles ?

Par Virginie Sowinski, le mardi 26/01/2016 à 21h01

En France, la stérilisation est souvent envisagée chez la femelle pour éviter des portées non désirées et limiter les risques de grossesse nerveuse, de pyomètre et de tumeur mammaire. La castration du mâle est déjà moins répandue. Pourtant, il y a autant de raisons de castrer un mâle que de stériliser une femelle.

Castration chez le mâle

Les arguments pour le chien entier

Le cancer des testicules se rencontre peu chez le chien mâle en comparaison des tumeurs que l’on observe chez les femelles (sauf si les testicules ne sont pas descendus). Cependant, avec l’âge, le chien non castré est plus sensible aux maladies de la prostate : kystes, abcès, cancer. Le chien souffre alors lorsqu’il fait ses besoins, est constipé, fait des infections urinaires voire des hernies.


Dans le cas de castration chez le chien, c’est souvent l’argument comportemental qui est mis en avant. Il a plus facilement tendance à être dominant, avec les difficultés associées à sa place dans la famille et aux risques avec les jeunes enfants. Il peut également devenir agressif envers les autres mâles. Le marquage urinaire est aussi gênant, car il peut se produire à l’intérieur comme à l’extérieur.

De plus, s’il sent une femelle en chaleur, il cherche à se sauver et n’écoute plus. Certaines fugues peuvent être la cause d’agressions envers d’autres animaux ou d’accidents sur la voie publique : des événements qui peuvent avoir des conséquences graves pour l’animal et les personnes environnantes et dont la responsabilité revient au propriétaire.


Les arguments pour le chat entier

Le chat non castré a une espérance de vie plus courte de 5 ans que le chat castré. Non pas parce qu’il a des risques de cancer, mais parce que les rapports sexuels l’exposent à des maladies mortelles comme la FeLV ou la FIV aussi appelée « sida du chat ».

Le chat mâle non castré finit souvent avec des plaies infectées à la tête ou des abcès, résultats de bagarres violentes entre mâles pour avoir les faveurs des femelles en chaleur. Lorsqu’il en sent une, le chat mâle peut d’ailleurs faire des kilomètres pour la rejoindre et a ainsi de plus grandes chances d’avoir un accident sur la voie publique.

Autre désagrément du chat non castré : le marquage urinaire fait à l’intérieur pour marquer le territoire. Ce dernier est très odorant et l’acidité de l’urine peut attaquer les sols et les meubles.



Plus confortable pour l’animal, pour son propriétaire et pour sa famille, la castration du chien ou du chat mâle peut être envisagée au même titre qu’une stérilisation de femelle. Si elle est très répandue aux États-Unis, une touche d’anthropomorphisme semble encore freiner les maîtres français.



Source : ASV - La Semaine Vétérinaire

Ces articles pourraient également vous intéresser